Toute l’actualité des Marathons et de l’Athlétisme
vous etes ici : Accueil » Santé » L’alimentation crétoise, les bienfaits

L’alimentation crétoise, les bienfaits

D 19 septembre 2015     H 06:38     C 0 messages


agrandir

Également appelée "alimentation méditerranéenne", la diététique crétoise consiste à faire la part belle aux fruits, légumes, poissons et huile d’olive (d’où son surnom de Méditerranéen). Elle permet, entre autre, de réduire les risques d’infarctus. Je vous en dévoile les grands principes et intérêts pour le sportif. Bonne lecture.


- Quelle est cette diététique préventive : le régime crétois ?

Le modèle méditerranéen est fortement dépendant de sa localisation géographique et moins par sa structure en qualité d’aliments. Ceci étant dû en particulier aux richesses alimentaires de cet endroit stratégique localisé au sud-est de la France. L’énergie provenant du soleil étant la clé de voûte de la chaîne alimentaire, vitale, étant donné son rôle de premier chaînon.

Ce type alimentaire est fortement connu pour sa corrélation avec la prévention d’un certain nombre de maladies en lien direct avec l’alimentation. Il est reconnu et constaté une baisse de l’incidence de diverses pathologies sur les axes allant du nord vers le sud-est. Les maladies concernées sont d’ordre cardiovasculaire, métabolique (diabète, surpoids, cholestérol), cancéreuse. L’objectif global est une amélioration de la santé, tant en prévention primaire et secondaire, ainsi que du bien-être quotidien (diminuer la morbidité). Le pouvoir antioxydant est fort et est intéressant pour toutes les pathologies liées au vieillissement cellulaire par rapport aux différents stress (positifs et négatifs) de la vie de tous les jours : pollution, médicaments, activité physique intense.

- De quoi se compose le régime crétois ?

Dans ce modèle, associés à l‘huile d’olive (matière grasse la plus consommée), la part végétale est dominante : fruits frais, légumes frais, céréales et produits céréaliers peu raffinés (pain complet, riz sauvage, polenta, pomme de terre), légumineuses (pois, haricot, lentille), fruits protéoléagineux (noix), aromates (oignon, ail), épices, en utilisation quotidienne qualitativement et quantitativement permettant d’apporter fibres, glucides complexes, protéines, oligoéléments, minéraux, vitamines (C, E, groupe B), lipides essentiels (AG Mono-insaturés avec les oméga 9, AG Poly-insaturés avec les oméga 3).

En deuxième place, figurent les denrées animales peu grasses avec surtout les yaourts et fromages (chèvre, brebis) en consommation quotidienne, suivis des viandes blanches (poulet, lapin, dinde), œufs, poissons (notamment gras comme la sardine pour leur richesse en AGPI oméga 3 à Longue Chaîne) plusieurs fois dans la semaine, des viandes rouges occasionnellement .

Autre point non négligeable, c’est le fait de manger simple, sans excès, sans transformation compliquée (les techniques culinaires sont souples et faciles à réaliser), proche des trois éléments naturels que sont la Terre, la Mer et l’Air. On parle souvent à propos du régime crétois de modèle frugal et convivial, traditionnel, naturel. Tous les sens sont mis en éveil. La qualité organoleptique des plats est mise en avant : craquant, mou, solide, liquide, couleurs, senteurs, saveurs. Le plaisir de la table est au rendez-vous.

- Et l’activité physique dans tout cela ?

Enfin, je ne terminerai pas cet article en soulignant le fait que l’activité physique doit être quotidienne et soutenue, la coopération est synergique avec ce type alimentaire. L’un ne va pas sans l’autre. Les effets ne s’additionnent pas mais se multiplient. Si vous réalisez, sur une échelle de 1 à 10, 5/10 pour l’activité physique et 5/10 pour l’alimentation, alors le résultat est 25 (5*5), alors que si vous faites l’effort seulement sur l’alimentation (prenons un score de 9/10 par exemple) et non sur l’activité physique (score 1/10), le résultat revient à 9 (9*1). Pour dire ainsi que les extrêmes sont néfastes à la santé généralement et que la modération dans chaque domaine reste la trame prophylactique optimale pour tout être humain qui se respecte, notamment sa santé

- En conclusion

Il est facile d’allier plaisir et nutrition lorsque l’éducation alimentaire transmise de génération en génération et l’ouverture aux choses simples de la vie se fait naturellement. Cette diététique est souple et éprouvée tant dans les milieux cliniques que sportifs. Le sentiment de frustration est mis de côté (à l’instar de beaucoup d’autres régimes) car la satiété est bien présente, les apports répondent correctement aux besoins en général en qualité et quantité (tout dépend ensuite des besoins de chacun), il n’y a pas véritablement d’interdits, ce qui est une bonne chose).

- Vous souhaitez avoir un suivi alimentaire personnalisé ? Voir les plus-values

* Article publié par Nicolas Aubineau, Diététicien Nutritionniste du sport et en clinique


Voir en ligne : Nicolas Aubineau

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Rechercher

Actu. Marathons


Actu. Athlétisme


Actu. Santé & Conseils


Vidéo


les plus lus