Toute l’actualité des Marathons et de l’Athlétisme
Vous êtes ici : Accueil » Marathons » « Les lièvres », ces coureurs de l’ombre

« Les lièvres », ces coureurs de l’ombre

D 14 février 2008     H 08:52     C 0 messages


agrandir

Au-delà du 400 m, pas un record n’est battu sans la présence des lièvres ; ces coureurs qui impriment le rythme.


- Les premiers lièvres apparaissent le 5 octobre 1930 à Jean-Bouin lors du record du monde du 1500 m de Jules Ladoumègue (3’49"2). Il s’agissait de Séraphin Martin, recordman du monde du 800 m, et de Jean Keller, journaliste.

- Avant-guerre, une règle britannique indique que, pour qu’un record réalisé avec un lièvre soit homologué, ce dernier doit franchir la ligne. Cette règle n’est plus d’actualité.

- Le lièvre ne signe jamais de contrat. Une poignée de main échangée entre champions et organisateur du meeting suffit. C’est ce dernier qui paye.

- William Tanui passe lièvre professionnel en 1997. Tout ce qu’il a gagné a été investi dans la société de transport de touristes qu’il a créé au Kenya. 15000 dollars, c’est la somme gagnée par ce dernier pour avoir participé au record du monde du mile en 1999 à Rome. C’est aussi le maximum qu’un lièvre ait gagné dans un meeting.

- Les filles lièvres sont payées 30 pour cent moins cher que les garçons.

- Selon les spécialistes du demi-fond, le travail du lièvre entre pour 80 pour cent dans un record du monde.

- En 2003, lors du marathon de Paris, le lièvre de Benoît Z était Wilson Onsaré. Ce dernier a touché environ 5000 euros.

- Si le record du monde est battu, la prime du lièvre est doublée.

- Un lièvre coûte généralement entre 1000 et 7000 euros. Cela représente 3 pour cent du budget "athlètes" d’un meeting.

- De 1988 à 1998, le lièvre austraalien Peter Stubbs a gagné de 50000 à 60000 dollars par an. Son record personnel plafonnait pourtant à 1’46"04 sur 800 m.

- Parfois le lièvre n’est jamais rattrapé. L’Américain Tom Byers a ainsi gagné le 1500 m du meeting d’Oslo en 1981 en profitant de la course très tactique de Ovett, Scott et Walker.

- Le Marocain Salah Hissou est devenu recordman du monde à Bruxelles en 1996, dans un 10000 m "monté" sur mesure pour Paul Tergat.

- Les kenyans Philip Mosima, Martin Keino, David Kiptu, David Lelei sont les lièvres les plus demandés. Chez les filles, c’est la Russe Olga Komiagina.

- Les lièvres champions du monde ou champions olympiques sont : Daniel Komen champion du monde en 1997 sur 5000 m, après avoir fait le lièvre en 1995 et permis à son compatriote Moses Kiptanui de battre le record du 5000 m. Noah N’geny, champion olympique sur le 1500 m en 2000, après avoir fait le lièvre sur 1500 m et William Tanui, champion olympique en 1992 à Barcelone sur 800 m.

- Un spécialiste du demi-fond peut avoir en sa compagnie des "lièvres privés ou d’entraînement". Il y a aussi les lièvres qu’on peut appeler "lièvres ami(e)s ou compatriotes" qui peuvent agir pour une cause amicale, collective ou nationale.

- La technique des lièvres : ils se mettent d’accord avec le champion et l’organisateur sur les temps de passage. Sur le 800 m, un lièvre suffit. Sur le 1500 m, il faut la présence de deux lièvres, mais sur les distances supérieures, il est préférables d’avoir trois lièvres. Les lièvres ce n’est pas toujours suffisant, il faut que le champion les suive correctement. Ce dernier ne doit pas rester en retrait, ni les suivre de trop près ; il faut être à peu près à deux mètres. En effet, il arrive parfois que les lièvres soient trop rapides ou lents. Dans le premier cas, ils fatiguent le champion et ce dernier devient une proie facile pour ses poursuivants à la fin de la course, s’il décide de s’accrocher à eux malgré leur rapidité excessive. Dans le deuxième cas, le champion rate son objectif et devient lui même lièvre de ses adversaires, et permet à son poursuivant direct de se reposer derrière lui et si c’est possible de le dépasser au dernier virage. Il arrive que certaines courses soient très rapides malgré l’absence de lièvres, cela est dû à la présence dans la course d’au moins deux champions (ex : le 5000 m de Paris 2003). Il arrive aussi qu’une course avec un seul lièvre soit plus rapide qu’une course avec deux lièvres (ex : le 1500 m de Séville en 1999). Il arrive aussi que lorsque l’on demande des bases très très rapides, on ne trouve pas de lièvres.


Voir en ligne : SportVox

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Rechercher

Actu. Marathons


Actu. Athlétisme


Actu. Santé & Conseils


Vidéo


Les plus lus