Toute l’actualité des Marathons et de l’Athlétisme
vous etes ici : Accueil » Marathons » Marathon SSQ Lévis-Québec : Un coureur succombe à un malaise

Marathon SSQ Lévis-Québec : Un coureur succombe à un malaise

D 1er septembre 2017     H 00:01     C 0 messages


agrandir

Le 20ème anniversaire du Marathon SSQ Lévis-Québec a été assombri par un triste incident, dimanche. Un coureur de 30 ans est décédé des suites d’un arrêt cardiorespiratoire après avoir subi un malaise à quelques kilomètres de l’arrivée.


Maxime Pouliot-Rochefort, de Saint-Augustin-de-Desmaures, participait au volet du 21,1 km quand les secouristes le long du parcours ont dû intervenir auprès de lui à environ 2 km de la ligne d’arrivée.

Les ambulanciers ont procédé aux manœuvres de réanimation avant de le transporter dans un centre hospitalier de la région de Québec, où son décès a été constaté quelques heures plus tard.

C’est la troisième fois qu’une tragédie semblable (1999 et 2008) survient dans l’histoire de l’événement.

Chez Gestev, qui organisait le Marathon pour la première fois, la consternation et l’impuissance ont envahi tous les membres de l’équipe affairés au bon fonctionnement de cette 20ème édition.

« On vit ça très difficilement, a avoué la vice-présidente opérations et marketing, Chantal Lachance, la voix nouée par l’émotion. J’offre mes sincères condoléances à sa conjointe et à la famille. C’est la dernière chose dont je vais me souvenir en me couchant ce soir (dimanche) ».

Mme Lachance a tenu à saluer le travail colossal de l’équipe médicale.

« C’est admirable comment ils travaillent. Et je leur lève mon chapeau dans cet incident. Ils ont fait tout ce qu’ils avaient à faire », a-t-elle souligné, ajoutant qu’il est encore trop tôt pour songer à la manière dont ce décès soudain sera commémoré dans l’avenir.

Imprévisible

Le fondateur du Marathon, Denis Therrien, ne voit pas comment de nouvelles mesures de sécurité permettraient d’éviter un tel drame. Lui-même un coureur, il sait cependant que le corps a ses limites.

« Personne n’est prêt à accepter ça et on ne peut pas mettre un urgentologue tous les 100 m. Mais le message que je dirais est d’écouter votre corps. Quand ça devient dur, arrêtez et marchez. Et faites donc une vérification préalable auprès de votre médecin », a-t-il dit en entrevue au Journal.

« Et puis, comme me l’a déjà dit le Dr François Paquet à notre deuxième édition, oui, il y a des risques à faire de l’activité intense, mais il y a bien plus de risques à rester chez soi et à ne pas bouger. Il faut relativiser les choses ».

* Article publié par Roby St-Gelais


Voir en ligne : Le Journal de Québec

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Rechercher

Actu. Marathons


Actu. Athlétisme


Actu. Santé & Conseils


Vidéo


les plus lus