Toute l’actualité des Marathons et de l’Athlétisme
vous etes ici : Accueil » Marathons » Marathon de Nouvelle-Calédonie : Victoires pour Junichi Shioya et Yuuki (...)

Marathon de Nouvelle-Calédonie : Victoires pour Junichi Shioya et Yuuki Sato

D 22 août 2016     H 11:20     C 0 messages


agrandir

Comme l’an dernier, c’est un Japonais, Junichi Shioya, qui s’est imposé hier sur les baies de Nouméa au terme d’une course maîtrisée du début à la fin. Premier Calédonien, Ludovic Lanceleur termine à la troisième place.

- Résultats 2016 Marathon
- Résultats 2016 Semi-Marathon
- Résultats 2016 10 km


Jeune, Japonais et spécialiste du semi-marathon. Le vainqueur 2016 a exactement le même profil que celui de 2015. Même au niveau du temps, Junichi Shioya (2h31’31"), n’est pas très loin de son prédécesseur Shinichi Yamachita (2h28’32"). La grande différence s’est jouée sur le style. Loin du pas léger et aérien du vainqueur 2015, Shioya a usé d’un style moins académique pour s’imposer. Largement.

Dès les premiers kilomètres, il a su mettre un coup d’accélérateur avec un air de pantin désarticulé. Seul son compatriote, Shusei Ohashi a su garder le rythme avant de lâcher petit à petit et de terminer deuxième en 2h35’05" devant la tribune de l’hippodrome Henry-Milliard, à près de quatre minutes du premier. « Je n’ai pas vraiment tenté de creuser l’écart à tout prix, commente le vainqueur à la fin de la course. Je suis allé à mon rythme, et je me suis rendu compte que j’étais seul. Je suis content ».

Plus loin, un groupe de quatre coureurs, composé du Cagou Ludovic Lanceleur, du Kényan Eric Wainaina, du Néo-Zélandais Johan Vanhoovels et du Japonais Shusei Yoshizawa, tente de limiter la casse. Mais jamais la bande n’a donné l’impression de pouvoir refaire son retard. Si bien qu’au bout des 21 km, c’est-à-dire la mi-course, elle (la bande) compte plus de dix minutes de retard.

Lanceleur sur le podium

Devant, Shioya garde le cap, malgré le temps, sec et très ensoleillé, qui aura mis les organismes à rude épreuve, loin des temps maussades et pluvieux des dernières éditions. « Le soleil ça va, explique le Japonais. Le plus dur, ça a été de courir contre le vent le long de la mer ». Une formalité. Il arrive à l’hippodrome un peu plus de deux heures et demie après l’avoir quitté. Au moment où le coureur salue le public et reprend ses esprits, le groupe de poursuivant explose. Lanceleur arrive à rester au contact d’Eric Wainaina qui a une revanche à prendre.

Après avoir terminé à la neuvième place l’an dernier, le double médaillé olympique avait annoncé qu’il était à Nouméa pour gagner. C’est encore une fois raté, dépassé dans les derniers kilomètres par Ludovic Lanceleur. Le Calédonien prend une belle troisième place, comme en 2014, en 2h47’04".

Shioya, lui, observe l’arrivée des deux hommes d’un œil lointain. Occupé entre les sollicitations médiatiques et le contrôle antidopage. A 26 ans, il remporte à Nouméa son premier marathon, alors qu’il n’avait jamais couru autre chose que le semi-marathon. Comme Shinichi Yamachita l’an dernier.

Chez les dames, les japonaises s’offrent également un doublé avec la victoire de Yuuki Sato en 2h54’11" suivie par Mitsuko Hirose, 2ème en 2h57’54", respectivement 7ème et 8ème au scratch. La Néo-Zélandaise Shireen Crumpton s’empare de la 3ème place avec un chrono de 3h21’14".

* Article publié par Mathieu Ruiz Barraud


Voir en ligne : Les Nouvelles Calédoniennes

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Rechercher

Actu. Marathons


Actu. Athlétisme


Actu. Santé & Conseils


Vidéo


les plus lus