Toute l’actualité des Marathons et de l’Athlétisme
vous etes ici : Accueil » Marathons » Marathon de Royan : Grégory Madrid et Florence Briand victorieux

Marathon de Royan : Grégory Madrid et Florence Briand victorieux

D 3 mai 2015     H 09:51     C 0 messages


agrandir

Pour ce premier marathon de la Côte de Beauté. 1252 coureurs avaient pris le départ hier matin.


L’avant-après course était saisissante. Comme pour tout marathon. Si les visages des coureurs étaient détendus avant le départ du premier marathon Royan-Côte de Beauté organisé par le club des 17 soupapes, ils l’étaient beaucoup moins à l’arrivée après les 42,195 km parcourus entre Royan, Saint-Palais-sur-Mer et la Palmyre, et les traits étaient beaucoup plus tirés.

Spectateurs particuliers

8h30 pétantes. Le coup de feu est donné, les coureurs s’élancent. Au sec. Le ton est donné avec Grégory Madrid, le vainqueur de la course (2h42’56"), qui impose son rythme. Le peloton suit, bien groupé, avant d’être rapidement distancé par le Rochelais, impérial.

8h35. Côté spectateurs, la pluie qui s’est finalement invitée sur la course, n’a pas freiné les ardeurs. Tandis que certains ne sont pas avares d’encouragements, d’autres sont dans la retenue.

Grégory Madrid, impérial

11h30. Grégory Madrid, premier à avoir passé la ligne d’arrivée quelques minutes plus tôt, savoure sa victoire, sous une pluie battante. Sourire aux lèvres, il n’a jamais été inquiété. Ravi et étonné, Olivier Dupont arrive à son tour (2h50’51"). « Je m’étais fixé comme objectif de terminer dans les dix premiers, j’arrive deuxième, c’est génial », livre-t-il. Le 3ème, Jean-Claude Avril termine à quelques secondes, en 2h51’15".

11h49. La première féminine passe enfin la ligne d’arrivée. Short noir et t-shirt vert, Florence Briand (3h18’40") est acclamée par les spectateurs. Ses dauphine, Pascale Aublanc et Ghislaine Meillour terminent 2ème et 3ème en, respectivement, 3h19’01" et 3h19’36". La course ? Florence Briand a adoré. Comme ses partenaires qui ont été unanimes sur le parcours. Entre mer et forêt.

Le vent, par contre, beaucoup moins. « La pluie ne nous dérange pas mais le vent, c’est différent. Au retour, on l’avait de côté, donc il nous ralentissait. Mais comme à l’aller, on l’avait eu dans le dos, cela équilibrait », analyse la licenciée du club de Couëron qui pouvait suivre son allure grâce à sa montre dernier cri : « Comme je ne connaissais pas les filles qui couraient, je ne pouvais pas baser mon allure sur elles. C’était ma montre qui me donnait le bon tempo et je savais si je devais accélérer ou temporiser ».

Pour sa première, le marathon de la Côte de Beauté aura tenu son rang et mérite bien sa « standing ovation ». Quant aux organisateurs, le président des 17 soupapes, Jean-Pierre Dumon, fort et fier de ce premier succès, l’annonce déjà : il y aura une deuxième édition.

* Article publié par Charlotte Laroche


Voir en ligne : Sud Ouest

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Rechercher

Actu. Marathons


Actu. Athlétisme


Actu. Santé & Conseils


Vidéo


les plus lus