Toute l’actualité des Marathons et de l’Athlétisme
vous etes ici : Accueil » Athlétisme » Meeting de Lausanne : 19 sec 69 pour Noah Lyles sur 200 m

Meeting de Lausanne : 19 sec 69 pour Noah Lyles sur 200 m

D 6 juillet 2018     H 20:07     C 0 messages


agrandir

L’Américain Noah Lyles, la nouvelle perle du sprint mondial, a signé la performance d’une soirée fraîche en réalisant 19 sec 69/100 (V : + 0,4 m/s) au 200 m, égalant son meilleur chrono de la saison, mercredi à Lausanne, 8ème étape de la Ligue de diamant d’athlétisme.


Champion national du 100 m (9"88) devant Ronnie Baker, Lyles, qui aura 21 ans le 18 juillet, allie vitesse et légèreté, avec la capacité rare de relancer sa fréquence dans les 50 derniers mètres. Cette accélération lui a permis de distancer en fin de course son compatriote et spécialiste du 400 m Michael Norman (19"88 quand même), autre diamant de la nouvelle génération US.

Pour fêter ce chrono, et en rythme avec l’enthousiasme du public qui le découvrait, Lyles s’est laissé aller à une danse sur la piste. "Je pense que je peux faire beaucoup mieux, mais je dois encore améliorer ma technique", a estimé Lyles. "Si je veux être une icône, il faut déjà de la régularité. Et puis mes objectifs sont grands : je veux égaler ou dépasser (chronométriquement, ndr) Michael Johnson et Justin Gatlin", a ajouté le nouveau roi du sprint.

Samba, six sur six

Le Qatarien Abderrahman Samba a poursuivi son cavalier seul au 400 m haies, mais dans un chrono (47"42) en retrait par rapport à celui qui lui avait permis d’approcher le record du monde de l’Américain Kevin Young (46"98 contre 46"78), vieux de 26 ans, cinq jours plus tôt à Paris. La différence, c’est que Samba (22 ans), six victoires sur six dans la discipline en Ligue de diamant en 2018, et auteur néanmoins de son 3ème chrono 2018, commence aussi à sentir la fatigue, qui dérègle le rythme entre les haies basses.

"Je suis parti plus vite que d’habitude et les 100 derniers mètres ont été difficiles", a indiqué Samba, né en Arabie Saoudite d’un père mauritanien. "L’objectif de la saison reste les Jeux asiatiques fin août", a ajouté Samba, qui ne pourra être présent par conséquent aux finales de la Ligue de diamant.

Malgré le "froid" Shubenkov s’impose sur le 110 m haies

Et puis, entre Paris et Lausanne, la température avait chuté de quelque 13 degrés, pour des performances en-deçà des précédentes éditions au stade de La Pontaise. Malgré tout, sur sa forme et à défaut de record continental, le Russe Sergey Shubenkov a lui pris le rythme de moins de 13 secondes au 110 m haies. Pour la 3ème fois en moins d’un mois, le Sibérien, qui s’appuie sur une technique parfaite, a franchi ce seuil, en 12 sec 95 (v : + 0,6 m/s). "C’est ma meilleure saison", a déclaré le champion du monde 2015, qui a déposé son suivant, l’Américain Devon Allen, à...34/100.

En l’absence du Qatarien Mutaz Essaz Barshim, blessé à une cheville, le Russe Danil Lysenko, champion du monde en salle, s’est imposé avec 2,37 m, barre franchie au 1er essai.

Semenya défaite

Caster Semenya avait délaissé le 800 m, distance sur laquelle elle est quasiment invincible, pour le 1500 m. Mais la Sud-Africaine n’a pas tenu la distance, seulement 6ème d’une course remportée par l’Américaine Shelby Houlihan, 2ème chrono mondial de la saison (3’57"34).

Au 100 m, la véloce Ivoirienne Marie-Josée Ta Lou a confirmé qu’elle était la numéro 1, en 10 sec 90 (v : + 1,3 m/s), pas loin de sa meilleure performance mondiale 2018 (10"85), et devant la Jamaïcaine Elaine Thompson (10"99), double championne olympique de Rio (100/200 m). "Je n’étais pourtant pas dans une forme optimale. J’avais seulement réalisé 11 sec 12 à Budapest (lundi, ndr)", a rappelé Ta Lou, double vice-championne du monde (100/200 m) en 2017.

Renaud Lavillenie s’impose à 5,91 m

Dans un cadre original disputé hors stade, le concours de saut à la perche à Lausanne a vu la victoire de Renaud Lavillenie. Le Français a franchi 5,91 m lors du concours disputé en Suisse.

Le Français Renaud Lavillenie a remis sa perche à l’endroit, après deux défaites, pour remporter le concours de la réunion d’athlétisme de Ligue de diamant, disputé pour la première fois hors stade, sur les rives du Lac Léman, en franchissant 5,91 m au 2ème essai, mercredi à Lausanne. Pourtant, le détenteur du record du monde (6,16 m depuis février 2014) a frôlé l’élimination à 5,77 m, barre franchie au 3ème et dernier essai, et que ses plus dangereux adversaires avaient facilement passée.

Un second concours a alors débuté et, du haut de son expérience, le champion olympique 2012 a été le seul à maîtriser les 5,91 m. En quête d’une barre à 6 m, le Clermontois qui, reparti avec une meule de gruyère comme prix en nature, a été tout près de réussir au 1er essai. Depuis trois ans (6,05 m à Eugène, le 30 mai 2015), Lavillenie n’a plus connu en plein air l’ivresse d’un "6 m et plus".

"J’avais eu un bon coup de mou à Paris (samedi dernier, 3ème avec 5,84 m). C’était un peu dommage à la maison. Je me suis refait la cerise", a expliqué le lauréat. "J’aimerais franchir à nouveaux six mètres, ça fait trois fois que je tente cette saison et il ne manque pas grand chose. Pour Berlin (Championnats d’Europe du 7 au 12 août), il n’y a pas de raison que je ne sois pas prêt. En attendant, j’ai un titre de champion de France à aller chercher ce week-end" (à Albi), a ajouté le champion français.

Un cadre original

Dans l’optique des joutes continentales, Lavillenie a constaté que le Polonais Pawel Wojciechowski, champion du monde 2011 (le seul titre qui manque à Lavillenie), avait été le meilleur de ses suivants (5,84 m). Le prodige suédois Armand Duplatis, vainqueur à Montreuil et deuxième à Paris (5,90 m), s’est classé 5ème avec 5,70 m, ayant fait l’impasse à 5,77 m.

Victorieux à Paris, avec la meilleure performance mondiale 2018 (5,96 m), l’Américain Sam Kendriks a pris la 3ème place sur les bords du Léman, ex æquo avec le jeune Australien Kurtis Marschall, lauréat des Jeux du Commonwealth. Pour sa 10ème participation au meeting de Lausanne, Lavillenie a signé un 5ème succès. Le premier en dehors du stade de La Pontaise.

"L’avantage, c’est qu’on est près du public. La piste en bois, un avantage. A Paris, on était cinq à avoir franchi 5,84 m, contre deux ici", a remarqué le perchiste de poche.


Voir en ligne : AFP

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Rechercher

Actu. Marathons


Actu. Athlétisme


Actu. Santé & Conseils


Vidéo


les plus lus