Toute l’actualité des Marathons et de l’Athlétisme
vous etes ici : Accueil » Marathons » Marche - Roubaix : Deux légendes polonaises sacrées

Marche - Roubaix : Deux légendes polonaises sacrées

D 19 septembre 2005     H 14:42     C 0 messages


agrandir

La victoire de Grzegorz-Adam Urbanowski, la troisième d’affilée, était attendue. La deuxième place de Zbigniew Klapa, elle, fut une onctueuse surprise. À eux d’eux, treize victoires aux « 28 heures ».




Deux véritables légendes s’étaient données rendez-vous sur la ligne d’arrivée... Quelle émotion, donc, au bout de ce marathon humain, avec les deux polonais, main dans la main, et le drapeau rouge et blanc flottant pas très loin. Leur triomphe a été total. Urbanowski, 46 ans, a récupéré les commandes de la course aux abords du centième kilomètre.
Les deux échappés du départ, le hongrois Czukor et le roubaisien Pierre Coulombel, se sont effondrés dans la nuit : 19 ème place au final pour le premier, abandon pour le deuxième pour une grosse contracture. La suite ? Le sociétaire de Wroclaw a maintenu sa cadence impitoyable jusqu’au bout, terminant avec plus de six kilomètres d’avance sur son poursuivant et en battant sa performance de l’an dernier de plus de deux bornes.

Derrière, on attendait les russes Dmitri Osipov et Alexeï Rodionov ou le français Gilles Letessier. C’est le maître des lieux qui mit ce beau monde à la raison. À 53 ans, Zbigniew Klapa a signé l’une de ses plus prestigieuses performances en damant le pion à la concurrence. « Je n’imaginais jamais Klapa terminer deuxième, avouait d’ailleurs Louis Desroches, le secrétaire du club des marcheurs de Roubaix. Surtout qu’il a été absent plus d’un an à cause d’un mal mystérieux ». Une piqûre d’insecte qui l’avait fait renoncer à l’édition 2003 et l’avait amoindri l’an dernier. Sans ça, qui sait si Urbanowski pouvait réaliser la passe de trois ? La 52 ème édition des 28 heures a donc tenu toutes ses promesses. Et son nouveau parcours a été plébiscité par tous, même si la course reste exceptionnelle quant à sa difficulté.

Zbigniew Klapa ne pouvait d’ailleurs plus témoigner tant il souffrait après cet effort inhumain. « Les quatre derniers kilomètres, il allait plus vite qu’avant mais ce n’était pas bon pour son bras car ça allait trop vite », affirma sa fille Monika, en anglais, alors qu’elle soutenait son père en direction de sa tente. Grimaçant, le décuple lauréat avait laissé son bras gauche au repos lors de la dernière heure. Urbanowski, de son côté, ne se voyait pas du tout comme le successeur de Klapa. « J’ai gagné ici trois fois, mais ça ne veut pas dire que je reviendrai pour gagner dix fois ! »
Zbigniew Klapa restera donc, sans doute, et pour un long bail, l’homme des « 28 heures ». Grzegorz-Adam Urbanowski a reconnu la valeur exceptionnelle de son aîné et a eu l’élégance de l’associer à son succès. Les polonais ont vaincu, l’épreuve roubaisienne est désormais marquée du sceau de leur empreinte.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?