Toute l’actualité des Marathons et de l’Athlétisme
vous etes ici : Accueil » Athlétisme » Christine Arron : « Capable de progresser vite »

Christine Arron : « Capable de progresser vite »

D 28 juin 2008     H 21:10     C 0 messages


agrandir

Pour sa rentrée, Christine Arron n’a pris que la cinquième place du 100 m du Meeting de Lille Métropole, en 11"47. Mais la sprinteuse française ne s’affole pas, s’estimant capable de faire rapidement monter les chronos.



Christine Arron, comment analysez-vous cette course de rentrée, bouclée dans un décevant 11"47 ?

Je n’ai pas pris un bon départ. J’ai essayé de combler mon retard et au moment où je pense que ça va venir, je pioche un peu en essayant d’accélérer.

Etait-ce ce à quoi vous vous attendiez ?

Je n’arrive pas vraiment à me situer car les filles devant moi n’ont pas couru très vite non plus (ndlr : Laverne Jones l’a emporté en 11"33). J’ai remarqué qu’ici, les temps ne sont pas fameux par rapport à ce que valent les filles. Même si mon chrono n’est évidemment pas bon. Je suis déçu mais il fallait courir. Ce n’est qu’une première course. Maintenant, il va falloir travailler.

L’essentiel est de programmer une progression jusqu’à Pékin…

Oui, je savais que je n’étais pas vraiment prête même si j’avais de bons espoirs parce que j’étais bien à l’échauffement. Je n’avais pas eu autant de jus depuis longtemps. J’espérais donc même faire mieux mais il faut faire de la compétition maintenant.

Vos sensations ont-elles été bonnes ?

J’ai trouvé que c’était mieux vendredi que ce que j’ai fait à l’entraînement. J’étais bien mais il faut gagner en vitesse. C’est ce qu’il m’a manqué quand j’ai coincé. Je sentais que ça revenait en milieu de course mais je n’ai pas pu faire la différence ni rattraper les filles. Je ne suis pas très loin mais ce n’est pas ça.

Nourrissez-vous quelques craintes dans l’optique des JO ?

Non, je pars du principe que si je n’ai pas de blessure maintenant, ça va aller. Je sais que je suis capable de progresser très vite.

Avant la course vous disiez ne pas savoir où vous en étiez. En savez-vous plus maintenant ?

Non pas vraiment. Je me situe toujours un peu par rapport aux autres. Il y a du travail mais je n’ai pas l’impression que le temps reflète ce que je vaux.

Une première course face à Nesterenko et Gevaert, est-ce bien dans votre situation ?

Oui, cela m’a mis d’entrée de jeu dans la difficulté. J’ai pu voir si je me crispe à la bagarre. Cela a été un peu le cas mais je n’avais de toute façon pas assez de vitesse pour que ça passe.

Votre programme peut-il évoluer vers plus de courses pour combler le retard ?

Il faut surtout que je travaille dix jours avant de voir. C’est la priorité du début du mois de juillet. Mais quoiqu’il en soit, je ne suis pas encore inquiète. Je le serai si je sens que ça ne progresse pas sur les prochaines courses. J’ai juste besoin d’accumuler du travail pour l’instant.

* Propos recueillis par Sylvain Coullon


Voir en ligne : Sport 365

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Rechercher


Actu. Marathons


Actu. Athlétisme


Actu. Santé & Conseils


Vidéo


les plus lus