Toute l’actualité des Marathons et de l’Athlétisme
vous etes ici : Accueil » Marathons » Maroilles : Girmany Turquabo a dompté les kényans

Maroilles : Girmany Turquabo a dompté les kényans

D 2 mai 2006     H 13:18     C 0 messages


agrandir

Vainqueur au sprint des 20 kms de Maroilles, l’Érythréen a taquiné le record de l’épreuve. Chez les femmes, la kényane Wangari a, elle, établi un nouveau chrono de référence.



Quatre secondes. Il s’en est fallu de quatre petites secondes pour que le record de l’épreuve (59’10") ne soit battu. Mais l’ultime sprint, lancé dans le dernier kilomètre, et remporté par Girmany Turquabo ne fut pas suffisant pour effacer le kényan Stanley Boen des tablettes. Âgé de seulement vingt-deux ans, l’Érythréen qui n’effectue que trois ou quatre sorties en Europe chaque année, a mené sa course avec l’intelligence d’un vieux briscard.

Bien au chaud en queue d’un peloton d’une douzaine d’hommes qui se détacha dès les premiers instants, Turquabo ne mit véritablement le nez à la fenêtre qu’à partir du quinzième kilomètre, au moment où la course se décanta véritablement. Accompagné de l’épatant marocain Abdellah Falil et du kényan McDonald Ondara, l’Érythréen faussa notamment compagnie aux deux principaux favoris, le kényan Moses Kibor et surtout son ex-compatriote James Kibocha Theuri, récemment naturalisé Français, qui montra très vite ses limites du jour.

Falil manque de fraîcheur

Dans les cinq dernières bornes, la bataille pour le titre se résumait donc à trois hommes et Ondara fut le premier à lâcher prise à deux kilomètres du verdict. Après des années de règne sans partage, la fin de la domination kényane était donc d’ores et déjà assurée. Restait à savoir si Falil et Turquabo seraient capables de faire tomber le record de l’épreuve et ainsi réaliser le souhait de Pascal Yvano, le grand maître d’oeuvre du rendez-vous avesnois. Hélas, quatre petites secondes auront manqué aux deux hommes.

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, le marocain Abdellah Falil était, sans doute, celui qui avait le plus les capacités pour améliorer ce record, mais il lui manqua un soupçon de fraîcheur dans les derniers mètres. « C’est devenu difficile à partir du quinzième kilomètre, admit-il. J’ai enchaîné pas mal de courses ces derniers temps. La semaine passée, j’étais au semi-marathon de Nice et j’ai été victime de la fatigue ».

Wangari impériale

Du repos, Miryam Wangari n’a pas non plus vraiment eu le temps d’en prendre ces derniers jours. Mais après, avoir remporté un 10 km à Marrakech, la semaine passée, la kényane a bien digéré son voyage et le choc thermique (la pluie et le froid ayant marqué cette édition 2006) pour remporter la course féminine et offrir aux organisateurs au moins un record.
« Je ne voulais pas que quelqu’un améliore ma performance, je m’en suis donc chargée moi-même », expliqua simplement Wangari, lauréate en 1h09’37".

Partie rapidement en tête dans un groupe de quatre également composé des éthiopiennes Azelech et Adanech et de sa compatriote Chepketer, la kényane n’a laissé à personne le soin de mener la course.
Du côté des régionaux, on retiendra la belle huitième place de la Lilloise Tatiana Bultot, la treizième de son camarade de club, le Burundais Ndayisenga et la seizième du coureur du Cateau, Stéphane Chopin.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Rechercher


Actu. Marathons


Actu. Athlétisme


Actu. Santé & Conseils


Vidéo


les plus lus