Toute l’actualité des Marathons et de l’Athlétisme
vous etes ici : Accueil » Santé » Courir en ville nous rend stupides et augmente les maladies (...)

Courir en ville nous rend stupides et augmente les maladies mentales


Publié le vendredi 14 décembre 2012 à 07h54min

agrandir

Alors qu’on apprenait hier que le sport en salle était un moyen des plus efficaces pour choper la crève, voici une nouvelle désillusion pour les sportifs en herbe. A en croire une étude belge, faire son jogging à l’extérieur, dans une ville polluée par la circulation automobile, augmenterait fortement le risque de déclin mental.




Libération des toxines, réduction du stress, rallonge de l’espérance de vie…Depuis longtemps, les vertus du jogging nous sont vantées. Mais courir en ville pourrait bien causer plus de mal que de bien au cerveau, à en croire des chercheurs de la Vrije Universiteit Brussel en Belgique. La raison du désagrément ? La pollution atmosphérique qui sévit dans les zones urbaines, parasite qui sape grandement les bénéfices de l’exercice sur la santé mentale. Plus précisément, les joggers urbains afficheraient des niveaux d’inflammation et un déclin mental supérieurs aux coureurs des zones rurales. Seulement, l’inflammation au niveau du cerveau est proprement le facteur qui argumente les risques de maladies mentales.

Pour parvenir à ces résultats étonnants, les chercheurs bruxellois ont soumis à des tests cognitifs deux groupes de joggeurs qui s’étaient préalablement entraînés à courir trois fois par semaine douze semaines durant, entre midi et 13 heures. Le premier a couru dans une zone urbaine, l’autre dans une zone rurale. Résultat : les ruraux ont obtenu des meilleurs résultats aux tests d’attention et y ont répondu plus rapidement que le groupe citadin. Alors, comment faire pour jogger quand on vit dans une grande agglomération ? Les scientifiques préconisent de le faire par temps pluvieux ou venteux, climats qui élimine partiellement les effets de la pollution. Si vous vivez dans une ville polluée mais où il fait toujours beau, préférez les parcs et jardins aux centre-villes engorgés de voitures et poids lourds.

C’est décidément une nouvelle mauvaise nouvelle pour les habitants des grandes villes. Des Américains avaient déjà démontré que des niveaux de pollutions élevés dans les villes favorisent et accélèrent le vieillissement du cerveau de trois ans chez les plus de 50 ans.

* Source : www.topsante.com


Voir en ligne : Menly

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?