Toute l’actualité des Marathons et de l’Athlétisme
vous etes ici : Accueil » Récits » Marathon » Marathon de Pékin

Marathon de Pékin

D 19 octobre 2008     H 00:00     C 3 messages


agrandir

Bonjour à tous

Départ de Paris jeudi vers 11h avec le groupe SDPO, encadré par le boss Jean-Claude, son assistante Florence et le doc Emmanuelle, à destination de Pékin via Shanghai pour une arrivée le vendredi vers 12h dans la capitale chinoise. Nous sommes accueillis par notre guide « petit printemps » qui nous accompagnera durant tout le séjour. Après la récupération des bagages, nous allons déjeuner dans un restaurant typique au bord du lac Houhai. L’après-midi, promenade en cyclo-pousse dans le quartier de Shishahai, ancien quartier des résidences princières puis direction la place Tian An Men (place de la porte de la paix céleste). Pour terminer la journée, nous passerons devant le Nouvel Opéra, œuvre de l’architecte français Paul Andreu, à qui l’on doit notamment l’aérogare 2 de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle. En soirée, nous découvrons notre hôtel ou le dîner nous est servi.

Jour 3

Après un petit footing de décrassage sous une brume matinale, nous partons pour une visite guidée du Palais d’été, ancienne résidence d’été de la famille impériale, au Nord-Ouest de la capitale, au bord du lac Kunming sur lequel nous effectuerons une promenade en bateau. Déjeuner au restaurant Tournesol, décoré à la gloire de Mao et de la révolution culturelle. L’après-midi, passage par le marché aux puces (le piétinement dans les allées n’est pas l’idéal avant un marathon, mais bon !) situé dans le quartier de Jinsong avant un retour à l’hôtel ou un dîner buffet nous attend.

Jour 4 : Marathon

Après un réveil matinal suivi du petit déjeuner, nous prenons la direction de la ligne de départ du marathon en bus. Tout le monde paraît fort détendu, le ciel dégagé annonciateur d’une belle journée y est sans doute pour quelque chose. Arrivés sur place, nous constatons que l’ambiance pré-marathon, sous l’œil bienveillant du Grand Timonier Mao Zetong trônant aux Portes de la Cité Interdite, est très animée et très bon-enfant. L’attente n’en sera que moins longue...

Le départ des coureurs élite sur la distance reine est donné vers 8h sur la Place Tian An Men. Le reste du peloton (marathon, semi et 10 km) partira simultanément un quart d’heure plus tard : 32000 participants au total des 3 courses ! Pour ma part, ayant couru le marathon de Québec 8 semaines plus tôt et ayant connu quelques problèmes de santé, j’opte pour une allure de course tranquille. J’en profiterais pour faire quelques photos. Ça y est, c’est parti. Le long ruban des participants défile devant l’immense portrait de Mao. C’est à ce moment-là que Philippe, ayant couru un marathon sur les 7 continents raconté dans un très bel ouvrage (à voir sur www.marathon-cell.com), me rejoint. Nous nous étions donné rendez-vous sans trop y croire. On courra donc environ 5 km ensemble. Après avoir immortalisé notre rencontre, je décide de l’abandonner et d’accélérer quelque peu le rythme. Les encouragements des nombreux spectateurs jalonnés tout au long d’un parcours très roulant, monotone parfois, me surprennent. Je ne m’attendais pas à une telle ambiance. Le soleil règne maintenant en maître dans le ciel de Pékin et ne nous quittera plus jusqu’à l’arrivée (17° au départ et 26° vers 13 heures). Les ravitaillements, exclusivement liquides, n’en seront que plus appréciés. Je poursuis mon allure de sénateur pour passer le semi en 1h58’.

Constatant que tout se passe pour le mieux, je décide de légèrement accélérer. Maintenant, je rattrape et double beaucoup de monde. Quand je reconnais des personnes de notre groupe, j’en profite pour faire une photo. Les kilomètres s’égrènent tranquillement, je connais un léger passage à vide entre les 36 ème et 39 ème km. Durant les dernières portions du tracé, nous aurons l’occasion de passer devant le Nid d’Oiseau et le Cube d’Eau. Je relance la machine avant l’entrée dans le stade qui a abrité les Jeux Asiatiques (malheureusement pour nous, ça ne sera pas le stade olympique des JO 2008) ou un nombreux public est massé. A l’arrivée dans le stade, changement de décor : plus personne, à part les officiels et quelques photographes pour nous accueillir. Après le passage de la ligne que je franchis en 3h52’ (au passage, mon 1er négative-split), c’est la grosse pagaille. Ce chrono me classe 1699 ème sur 5007 arrivants. De ce fait, je boucle un marathon sur mon 5 ème continent et je poursuis le challenge que je me suis fixé, à savoir courir un marathon sur les 7 continents. Beaucoup de finishers, comme moi, ne recevront pas leur médaille, faute d’avoir vu ou ladite remise avait lieu. Heureusement que Jean-Claude, notre accompagnateur, veillait au grain. Grâce à lui, nous récupèrerons notre précieuse breloque dès le lendemain. C’est ensuite la foire d’empoigne pour se saisir de son sac de ravitaillement. A mon humble avis, c’est le gros point noir à retravailler pour les éditions futures du Marathon de Pékin. Pour tout le reste, il n’y a rien à redire.

Après toutes ces péripéties, je rejoins le car ou nous attendrons le reste du groupe avant de regagner l’hôtel. Sur place, un massage très tonique pratiqué par de charmantes hôtesses nous attend. Ça fait du bien quoiqu’un peu trop accentué. En soirée, nous irons dîner au restaurant de l’hôtel, ou après quelques semaines de diététique, nous ferons certains écarts avec au menu T-bone, frites et glace arrosés d’une bonne bière.

Carte partielle de Chine

Jours 5 & 6

Ce matin, nous partons à la découverte de la Grande Muraille de Chine à Ju Yong Guan. Malgré le temps couvert, le spectacle est magnifique. Jean-Claude en profite d’ailleurs pour effectuer sa traditionnelle cérémonie des récompenses pour les plus valeureux d’entre nous sur le lieu même ou SDPO organise, chaque année, une course contre la montre, étape mythique des célèbres Foulées de la Soie. Le déjeuner a lieu sur place. L’après-midi, promenade le long de la Voie Sacrée, de la nécropole des Ming, dont la construction a débuté en 1435. La suite de la visite nous emmènera dans une fabrique de vases et bijoux en cloisonnés, ou nous aurons un aperçu de l’artisanat local. En début de soirée, spectacle de Kung-fu au Théâtre Rouge, spectacle haut en couleurs avec de superbes costumes et une mise en scène grandiose puis dîner banquet de canard laqué, spécialité culinaire de Pékin.

Pour notre dernière journée complète à Pékin, le programme est chargé. Nous commençons tout d’abord par la visite du Temple du Ciel, lieu destiné, pour les Empereurs des dynasties Ming et Qing, au culte du ciel et des prières afin de favoriser des récoltes abondantes. Le midi, déjeuner au restaurant Dai, agrémenté d’un spectacle de danses de l’ethnie Dai avec costumes des minorités chinoises. Après le repas, direction la Cité Interdite, située au sud de la Place Tian An Men, qui fut le lieu de résidence du souverain et du pouvoir politique. Avant le dîner (qui ne restera pas dans les annales), nous faisons un petit tour au Marché Hongqiao, grands magasins populaires au Sud de la Capitale.

Jours 7 & 8

Pour notre dernière matinée dans la capitale chinoise, nous avons quartier libre. Les 2 groupes se séparent : ceux n’ayant pas choisi l’extension rentrent au bercail. Pour nous, l’aventure continue. Nous en profitons donc pour nous rendre en taxi au Nid d’Oiseau, stade olympique des JO 2008. Après une visite succincte et quelques photos, nous devons regagner l’hôtel car une longue route vers Datong nous attend. Nous déjeunons pour la dernière fois à Pékin avant de prendre le bus pour une durée d’environ 6h avec une halte dans un ancien relais de la Poste Impériale d’époque Qing. Nous reprenons ensuite le car qui va nous emmener à la 2 ème étape de notre périple. Beaucoup de vent durant le trajet, 1er et unique jour de pluie du voyage et baisse vertigineuse de la température (près de 20°). L’hôtel, situé à 1000 m d’altitude, ou nous prenons nos quartiers est magnifique. Le dîner nous sera servi dès notre arrivée.

Au réveil, le thermomètre affiche - 3°, qui plus est avec un vent glacial. C’est le départ pour la visite d’un village troglodyte (les habitants vivent encore de façon très rudimentaire) dans le pays du Loess. Nous nous dirigeons ensuite vers le monastère suspendu de Xuankong Si, entièrement construit en bois. Arc-bouté sur la paroi d’un défilé, il se dresse fièrement à 50 m du sol. A mes yeux, la construction la plus surprenante et la plus improbable de notre séjour. Après le déjeuner dans un restaurant local, nous poursuivons avec les grottes du Yungang, ensemble de grottes sculptées à flanc de falaise, d’inspiration bouddhique. Le dîner aura lieu à Datong face à notre hôtel. Nous avons à peine 5 mn de marche. Néanmoins, traverser les rues en Chine, qui plus est le soir, n’est pas une sinécure. Heureusement, le digestif à l’alcool de riz, offert gracieusement par « petit printemps », nous donnera du courage pour affronter le retour.

Jours 9 & 10

Après plus de 4h de bus, nous arrivons au Temple du Jinci, imposant ensemble de temples dans un grand jardin, dans la banlieue sud-ouest de la ville de Taiyuan. Après le déjeuner juste à côté du Temple, nous reprenons la route pour une visite de la demeure du clan Chang, famille de riches marchands du Shanxi. En soirée, nous arrivons à Pingyao, ville ancienne entourée de remparts, inscrite depuis 1997 sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Dîner + nuit dans une maison d’hôtes, maison sur cour, transformée en petit hôtel.

Le samedi matin, visite guidée de la ville de Pingyao, avec sa tour du marché qui domine la rue principale, emblème de la ville. Après un déjeuner dans notre maison d’hôtes, nous rejoignons la gare la plus proche (2h de car quand même) pour prendre le train de nuit qui nous mènera à Xian (plus de 13h pour faire 500 km). Une expérience à vivre.

Jours 11 & 12

Arrivée à Xian vers 8h. Transfert et petit déjeuner à l’hôtel ou nous en profitons pour faire un brin de toilette. Survol en bus de la ville (coup d’œil rapide aux Tours du Tambour et de la Cloche) puis c’est le clou de l’extension pour la plupart d’entre nous. Il s’agit de la visite de l’armée enfouie dans la nécropole du 1er empereur Qin. Près de 7000 figures d’argile grandeur nature, gardiennes de l’empereur dans l’au-delà. C’est impressionnant et assez fabuleux. Il nous faut maintenant rejoindre, à regrets, l’aéroport pour un transfert vers Shanghai. Après un rapide déjeuner sur place, nous prenons l’avion vers la 2 ème ville la plus peuplée de Chine. Arrivée vers 17h puis dîner dans le restaurant panoramique et tournant de la Perle de l’Orient. Avec la nuit qui est maintenant tombée, la vue est magnifique. C’est là que le gros de la troupe nous quitte. Après quelques accolades, nous restons seulement à 4 pour l’ultime journée optionnelle. Nous rejoignons notre hôtel pendant que le reste du groupe se dirige vers l’aéroport pour rallier Paris.

Nous commençons la journée par la visite du musée d’art et d’histoire, situé sur la place du peuple, le cœur culturel de Shanghai. La visite s’effectue de façon très libre puisqu’il nous est remis, à l’accueil, un audiophone donnant d’excellentes explications en français. Le déjeuner aura lieu dans un restaurant de quartier. Nous poursuivons, en début d’après-midi, par la découverte de la vieille ville chinoise avec, entre autres, le jardin du Mandarin Yu et la célèbre maison de thé, située au milieu d’un plan d‘eau. Puis, nous aurons un peu de temps libre dans le paradis du shopping Shanghaien, la rue Nankin, avant d’effectuer notre dernier dîner près du Bund. Avant de rejoindre l’aéroport, petit ballade sur le Bund, le long du fleuve Huangpu ou nous prenons nos dernières photos. Suite à plus de 13h de vol, nous atterrissons à Paris mardi matin. Après une longue attente des bagages et quelques embrassades, c’est le moment de nous séparer pour regagner nos pénates.

Impressions

Pour la course en elle-même, mon chrono, malgré mon 1er négative-split n’est pas extraordinaire. D’un autre côté, je n’étais pas venu non plus pour faire trembler le record de Gébré. En même temps, je boucle un marathon sur mon 5 ème continent, me rapprochant de mon challenge qui est de courir un marathon sur les 7 continents. Pour le circuit, les différentes étapes étaient très belles et très variées. Des choses que je n’aurais pas l’occasion de refaire très souvent comme le train de nuit ou les chambres d’hôtes très spéciales à Pingyao. La culture orientale, excepté à Shanghai ou la ville est très européanisée, est en tous points, différente de notre culture occidentale. En conclusion, un voyage extraordinaire et totalement dépaysant. A faire ! En tous cas, le pays m’a tellement plu que j’ai déjà programmé, pour les prochaines années, la course des Foulées de la Soie.

Portfolio

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Rechercher

Actu. Marathons


Actu. Athlétisme


Actu. Santé & Conseils


Vidéo


les plus lus