Toute l’actualité des Marathons et de l’Athlétisme
vous etes ici : Accueil » Agenda » Marathon d’Athènes

Marathon d’Athènes

     

dimanche 8 novembre 2020 à 00h00min

agrandir

Le Marathon d’Athènes, l’Authentic Marathon, est une épreuve qui prend son départ dans la ville de Marathon pour se terminer dans le stade panathénaïque, stade antique d’Athènes, rénové pour les premiers Jeux olympiques de l’ère moderne, en 1896. Le marathon a été créé pour commémorer la légende du messager grec Phidippidès, qui aurait parcouru la distance entre ces 2 villes pour annoncer la victoire contre les Perses en 490 av. J.-C.

- Résultats 2019 Marathon
- Résultats 2019 10 km
- Résultats 2019 5 km
- Résultats 2019 3 km




La course du marathon commence à 9h précises du point de départ du marathon dans la ville de Marathon.

Les 200 premiers mètres du parcours sont en pente, éloignant les coureurs de la zone de départ. Les 4 premiers kilomètres descendent. Les coureurs courent le long de l’avenue Marathonos jusqu’au 4ème km, où ils tournent à gauche et pénètrent dans la rue Marathonomachon, et dans la zone du tombeau du marathon (War Memorial), qu’ils suivent pour les 2,2 km suivants. Le parcours suit un tracé plutôt circulaire autour du Monument aux Morts.

Le parcours devient plat du 6ème au 10ème km (Nea Makri). Du 11 au 17 km, le circuit monte à certains endroits. Puis, et jusqu’à Rafina Junction, les coureurs rencontrent une descente abrupte. À partir de la jonction Rafina, le parcours monte à nouveau, tandis que la partie la plus difficile se trouve jusqu’au 20ème km . Au fur et à mesure que les coureurs longent le quartier de Pikermi, ils parcourent certaines des parties plus ou moins montantes du parcours jusqu’au 25ème km. Le passage à travers la ville de Pallini (27 km - 28 km) est également en montée. La dernière et la plus difficile partie du parcours part de Gerakas et monte jusqu’à Stavros Junction (30 km - 31 km). Cette montée raide est suivie d’une descente raide menant à la place Agia Paraskevi. Ensuite, les coureurs suivent l’avenue Mesogeion, traversant les quartiers de Chalandri et Cholargos, rencontrant des parties plates et descendantes du parcours jusqu’à l’arrivée. La descente la plus caractéristique est celle qui part du ministère de la Défense nationale et se termine à la jonction Katechaki (37,5 km), où les coureurs passent sous le pont correspondant.

Juste après l’hôpital Erricos Dynnan, les coureurs continuent à gauche sur l’avenue Michalakopoulou jusqu’au feu de circulation au carrefour Michalakopoulou et Pheidippidou. Ils continuent de courir sur Pheidippidou Str, jusqu’au carrefour de Kiffisias & Alexandras Avenue. Ce dernier carrefour met en avant le 39ème km, tandis que les coureurs continuent à gauche sur Vas. Avenue Sofias. Sur Vas. Sofias Avenue, les coureurs passent par l’ambassade américaine, le Athens Music Hall et le Park of Liberty (40 km), où se trouve la dernière zone de ravitaillement. En arrivant à l’hôtel Hilton, ils tournent légèrement à droite en direction de la place Syntagma, en passant par l’hôpital Evaggelismos et le musée de la guerre.

Dans la dernière partie du parcours Marathon et après avoir tourné sur la rue Hrodou Attikou, les coureurs ont un contact visuel avec le stade panathénaïque, en passant par la résidence présidentielle et les jardins nationaux. Il ne reste que quelques mètres pour que les coureurs entrent dans le stade et parcourent les derniers mètres à l’intérieur, avant d’atteindre la ligne d’arrivée.

Les coureurs entrent dans le stade panathénaïque par le côté gauche, où se trouve l’arche d’arrivée.

Histoire du Marathon
Parmi toutes les épreuves sportives olympiques, la Marathon Race se démarque car elle est née d’un véritable événement historique et héroïque. Ce fut un véritable triomphe accompli par un fantassin de la vieille Athènes qui annonça, avec ses derniers mots, la victoire des Grecs contre les Perses lors de la bataille de Marathon en 490 av. La course de marathon de 42,195 km est devenue l’un des événements les plus compétitifs lors de la reprise des Jeux Olympiques en 1896. Un athlète grec nommé Spyridon Louis, qui dirige ce qui a depuis été appelé le parcours de marathon original de l’ancienne ville de Marathon au stade panathénaïque d’Athènes, a remporté la médaille d’or des premiers Jeux Olympiques modernes et est devenu une légende de l’athlétisme grec et international.

La course de marathon a toujours eu une place de choix dans le cœur et l’esprit des amateurs de sport, car elle représente l’effort le plus élevé où le corps humain, l’âme et l’esprit sont testés à leurs limites alors que le coureur se presse pour atteindre la ligne d’arrivée.

SEGAS, la Fédération hellénique d’athlétisme, a l’honneur et la responsabilité historique d’organiser chaque année le marathon classique d’Athènes sur le parcours original du marathon. Depuis 1982, le marathon classique d’Athènes est dédié à Gregoris Lambrakis, athlète, scientifique et député, assassiné dans les années 60 et devenu, après sa mort, un symbole des droits de l’homme.

À partir de l’année 2011, OPAP SA, le premier opérateur de jeux en Grèce et l’une des principales sociétés en Grèce et en Europe, a été nommé Grand Sponsor de l’événement et son précieux soutien a conduit à une mise à niveau significative de la course sous tous ses aspects.

Des milliers de coureurs du monde entier devraient participer à la course chaque année. En plus de l’expérience sportive, ils auront la chance de profiter de l’hospitalité grecque traditionnelle, de découvrir le paysage fascinant de notre pays et d’explorer une ville qui améliore constamment ses normes.

Stade panathénaïque
Le stade panathénaïque est situé sur le site d’un ancien stade et pendant de nombreux siècles a accueilli des jeux dans lesquels des athlètes masculins nus ont participé (gymnikoi agones) à des événements sur piste, des championnats d’athlétisme comme nous les appellerions aujourd’hui. Les jeux, qui depuis l’antiquité avaient eu lieu dans une zone éloignée de la ville, ont été inclus dans le programme des célébrations du festival Panathenaia en 566/565 av JC. Lorsque l’orateur Lykourgos a assumé la responsabilité des finances d’Athènes, en 338 avant JC, il a inclus dans les travaux publics effectués dans la ville la construction d’un stade.

Le ravin qui s’étend entre la colline d’Ardettos et la faible hauteur en face, des muros supplémentaires de la ville et dans un cadre idyllique sur les rives verdoyantes de la rivière Ilissos, était considéré comme un emplacement idéal. Il s’agissait d’un terrain privé mais son propriétaire, Deinias, l’a concédé à l’État pour la construction d’un stade. D’importants travaux de terrassement ont transformé le ravin en un espace de concours, avec les caractéristiques du stade grec : forme de parallélogramme avec entrée à une extrémité étroite et salle pour les spectateurs sur les pentes de terre des trois autres côtés. Le stade de Lykourgos a été utilisé pour la première fois lors de la célébration de la Grande Panathénanie en 330/329 avant JC, lorsque des jeux dans lesquels des athlètes nus ont concouru ont eu lieu.

À l’époque romaine, la ville d’Athènes n’était plus un pouvoir politique. Cependant, il connut un nouvel âge d’or intellectuel et artistique sous le règne de l’empereur Hadrien, entre 117 et 138 après JC. Pendant cette période, l’orateur et sophistiqué Hérode, fils d’Attique, consacra une partie de sa vaste fortune à ériger de splendides bâtiments dans de nombreux sanctuaires et villes. de l’Empire romain. Grâce à la générosité d’Hérode, d’importants travaux ont été réalisés dans le stade entre 139 et 144 après JC, ce qui a entraîné deux changements principaux dans la forme initiale : la conversion de la forme rectiligne d’origine en forme de fer à cheval en ajoutant la sphendone, forme caractéristique des stades grecs à l’époque romaine, et l’installation dans l’espace pour les spectateurs, le théâtre, de rangées de sièges (edolia) de marbre pentelique blanc. Un passage voûté sous le mur de soutènement été bâti à l’arrière du stade. Sur la piste (stibos), des dalles de marbre délimitent la ligne de départ (aphesis) et la ligne d’arrivée (terma). Les éléments intégraux de la piste étaient les hermes bifaces. L’entrée a acquis un propylon dans l’ordre corinthien. Un pont de marbre à trois arches enjambant les Ilissos garantissait un accès facile au stade depuis la ville. L’ensemble de l’espace, et principalement le portique au niveau de la sphendone, était ornée de statues de marbre, de bronze et même d’or. Le temple de la déesse Tyche / Fortuna, abritant la statue culte en ivoire de la déesse, avait été construit au sommet d’Ardettos. Les Athéniens étaient à juste titre fiers du stade panathénaïque, qui était sans égal dans le monde. Pendant de nombreuses années, le tombeau d’Hérode a dominé le sommet de la colline à gauche de l’entrée.

Avec la prédominance du christianisme et l’interdiction des célébrations païennes et les spectacles barbares de l’époque romaine, tels que les duels de gladiateurs sanglants et les concours de rythmes sauvages, le stade panathénaïque a perdu sa gloire. Au fil du temps, il a présenté une triste image de la déréliction, alors que les magnifiques marbres étaient incorporés dans les bâtiments athéniens et alimentaient les chaux à proximité. Les voyageurs européens, principalement, ont visité son site, comme il ressort de leurs témoignages, dans lesquels ils rendent également compte des rites magiques édictés par les jeunes filles athéniennes dans le passage voûté en ruine, visant à trouver un bon mari.

Parmi les premières tentatives de faire revivre l’idée des Jeux Olympiques, on compte les jeux organisés au stade panathénaïque en 1870 et 1875, à l’occasion des olympiades zappéiennes, expositions de produits grecs avec le parrainage du bienfaiteur de la Nation, Evangelis Zappas. Cette idée a été concrétisée par le baron Pierre de Coubertin, un aristocrate français ayant une solide éducation classique, qui a organisé la Conférence internationale olympique à Paris, en 1894. Le président de la Conférence et plénipotentiaire de l’Association panhellénique de gymnastique était Demetrios Vikelas, qui a convaincu les délégués que les premiers Jeux Olympiques modernes devraient avoir lieu dans la capitale grecque en 1896. Le stade panathénaïque a été choisi pour accueillir les Jeux Olympiques et a été l’épicentre des préparatifs de la ville pour cet événement majeur. Les énormes dépenses de reconstruction du stade ont été assumées en grande partie par un autre bienfaiteur de la Nation, Georgios Averoff. Sa statue de portrait en marbre, à droite de l’entrée du stade,

Dès 1836, des fouilles archéologiques avaient découvert des traces de l’ancien stade d’Hérode Atticus, et sur la base de ces découvertes, ainsi que des découvertes des fouilles menées par Ernst Ziller en 1869, le plan de sa reconstruction a été préparé par l’architecte Anastasis Metaxas. La reconstruction du stade en marbre pentélique se distingue par sa grande fidélité au monument antique d’Hérode.

Les premiers Jeux Olympiques modernes ont commencé le 25 mars et se sont terminés le 3 avril et ont connu un succès retentissant. Le vainqueur de la course de marathon, le concours le plus populaire, était le grec Spyridon Louis. C’est dans le stade panathénaïque que l’ hymne olympique a été entendu pour la première fois, avec des paroles du poète Costis Palamas et de la musique du compositeur Spyros Samaras. Tout au long du XXème siècle, le stade panathénaïque a accueilli divers événements, dont des jeux panhelléniques et internationaux. Aux Jeux Olympiques d’Athènes 2004, elle a connu des moments de suspense et d’émotion lors des compétitions de tir à l’arc et comme ligne d’arrivée de la course de marathon. Une création des Athéniens, comme son nom le revendique fièrement, le Stade Panathénaïque a été le lieu de compétition noble et de fair-play, d’esprit et de corps, depuis l’Antiquité.

Par ailleurs, plusieurs voyagistes peuvent vous y emmener :


Voir en ligne : Marathon d’Athènes

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Rechercher



Afrique

Afrique du sud    Bénin    Botswana    Cameroun    Côte d’Ivoire    Egypte    Gabon    Ghana    Kénya    Madagascar    Maroc    Maurice    Mauritanie    Ouganda    Réunion    Rwanda    Seychelles    Sierra Léone    Tanzanie    Tunisie    Zambie    Zimbabwé   

Amérique du Nord

Aruba    Bahamas    Barbade    Bélize    Canada    Costa Rica    Cuba    Etats-Unis    Iles Bermudes    Iles Cayman    Iles Vierges Américaines    Jamaïque    Mexique    Panama    République Dominicaine    Saint Kitts et Nevis    Trinidad et Tobago   

Amérique du Sud

Argentine    Brésil    Chili    Colombie    Equateur    Guyane Française    Paraguay    Pérou    Surinam    Uruguay    Vénézuela   

Antarctique - Arctique

Antarctique    Arctique   

Asie

Arabie Saoudite    Bahreïn    Bhoutan    Cambodge    Chine    Corée du Nord    Corée du Sud    Emirats arabes unis    Inde    Indonésie    Irak    Israël    Japon    Jordanie    Kazakhstan    Kirghizstan    Koweït    Laos    Liban    Malaisie    Mongolie    Myanmar    Népal    Ouzbékistan    Philippines    Qatar    Russie    Singapour    Sri Lanka    Tadjikistan    Taïwan    Thaïlande    Turkménistan    Vietnam   

Europe

Allemagne    Andorre    Arménie    Autriche    Belgique    Biélorussie    Bosnie-Herzégovine    Bulgarie    Chypre    Croatie    Danemark    Espagne    Estonie    Finlande    France    Grèce    Groenland    Hongrie    Irlande    Islande    Italie    Kosovo    Lettonie    Liechtenstein    Lituanie    Luxembourg    Macédoine du Nord    Malte    Moldavie    Monténégro    Norvège    Pays-Bas    Pologne    Portugal    République Tchèque    Roumanie    Royaume-Uni    Serbie    Slovaquie    Slovénie    Suède    Suisse    Turquie    Ukraine   

Océanie

Australie    Fidji    Guam    Iles Mariannes du Nord    Nouvelle Zélande    Polynésie Française