Toute l’actualité des Marathons et de l’Athlétisme
vous etes ici : Accueil » Marathons » Steenwerck : 100 kilomètres, pour le plaisir

Steenwerck : 100 kilomètres, pour le plaisir

D 5 mai 2005     H 21:56     C 0 messages


La trentième édition des 100 kms de Steenwerck, qui a débuté hier et se terminera ce soir à 19h, réunit près de 1000 participants, coureurs amateurs et confirmés. Pas venus pour la perf.




A Steenwerck, à deux pas de l’église, on a croisé Aurélie et David, la vingtaine roucoulante, qui marchaient façon père peinard en arborant le survêtement-baskets des promeneurs du dimanche. Pourtant, le départ des « 100 kilomètres open », l’épreuve la plus populaire, 958 inscrits de 14 à 75 ans, du marcheur du dimanche au jogger confirmé, venait d’être donné. Devant leur nez, des hommes et des femmes couraient, marchaient, pédalaient. Qu’ils s’appellent Nicole, Yves ou Jean-Paul, la quarantaine
joviale, venus « faire une boucle » comme tous les ans depuis 1991 et finir autour d’un verre « aux alentours de minuit » ; qu’il se prénomme Guy, 51 ans, en forme olympique, marathonien de Comines converti aux « cent » « parce qu’on n’y est jamais seul sur le parcours ».

En famille

Aurélie et David, les amoureux de la Gorgue, s’en fichaient, des coureurs. « On va les croiser dans une heure. Là, on rejoint d’abord la salle de sports, histoire de voir l’ambiance. Avant de marcher pendant une boucle (ce qui représente un peu plus de 19 kilomètres) ... On en a jusqu’à 1 heure du matin ».
En pleine action. Elle avale le bitume. Avec les copines. C’est Corinne. Elle habite Hallennes-lez-Haubourdin et vient d’arrêter à 47 ans sa carrière d’auxiliaire de puériculture. Elle dit qu’elle marche à une moyenne de 5 km/h. « Nous sommes venus en famille, à cinq, pour randonner sur une vingtaine de kilomètres , explique-t-elle en allongeant la foulée. C’est la deuxième année : on y revient pour la convivialité et l’effort sportif, aussi ».
Nicole, institutrice à Berthen, s’y est préparée avec
l’application de l’athlète émérite. Elle, qui court sept heures par semaine depuis février, revient cette année « pour finir ». Son mari, à vélo, sera près d’elle dans la deuxième moitié du parcours, « la plus rude ».

Fred et Isabelle, lillois et informaticiens, sont partis pour les 28 kilomètres à pied. Les nuages menacent. Ça les fait rigoler. Enfin, surtout lui. Elle, on la sent plus disciplinée, davantage motivée. « On part en septembre au Pérou, où nous allons beaucoup randonner. C’est une sorte d’entraînement ».
Eux courent mais ne savent pas où aller, le parcours a changé par rapport aux autres années : pas facile de se repérer, surtout lorsqu’on a manqué le départ. « Vous savez quelle route ils ont pris, les autres ? », demande Édouard, prof de sport âgé de 24 ans. Aurélie ira poser la question à l’un des 400 bénévoles.
Du pas de sa porte, Henri Houcke, 69 ans, regarde les coureurs passer, mains posées sur les hanches : « Ils ne passent qu’une seule fois, faut pas les rater, murmure-t-il. Ça met de l’animation dans la commune ». Jean-Noël Hadou sert les frites au café Le Damier, qui jouxte la mairie. Il pense pareil : « On reste ouvert jusqu’à minuit. Disons que les 100 kilomètres, ça augmente un peu notre chiffre d’affaires. Mais ce soir, c’est pas terrible : il pleut ».

Défi personnel

La crise des cieux, Pierre Gambier, membre de l’organisation, la redoutait. Parce que les flots menaçaient de bouleverser le circuit auquel « les coureurs sont habitués ». Certes modifiée, de vingt-cinq à quarante centimètres d’eau recouvrent le parcours en deux endroits, la trentième édition n’a pas dérogé à la règle. « On vient en grande partie pour relever un défi personnel. Chacun y trouve son compte. La course n’appartient qu’à ceux qui la disputent ».
Combien seront-ils au final à couvrir les 100 kilomètres ? Environ 200. « Ici, 60 % des gens ne font qu’un seul tour... La nuit, c’est une autre course qui commence ». Ceux qui voudraient apercevoir les meilleurs des « 100 bornards » peuvent le faire aujourd’hui jusqu’à 19h, heure de clôture de l’épreuve.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?