Toute l’actualité des Marathons et de l’Athlétisme
vous etes ici : Accueil » Marathons » Tendance : Les femmes sont dans la course

Tendance : Les femmes sont dans la course

D 16 septembre 2006     H 08:36     C 0 messages


agrandir

Les femmes, surtout les trentenaires, sont de plus en plus nombreuses à courir. Décryptage.




La vie quotidienne de Catherine, 45 ans, est déjà une course contre la montre... Pourtant, plusieurs fois par semaine, la jeune femme trouve encore l’énergie pour chausser ses baskets et partir s’évader une heure. « C’est le seul moment où je laisse de côté enfants, mari, boulot et où je m’occupe uniquement de moi. Près de la maison, nous avons un plan d’eau de 6 kilomètres éclairé tout du long. Ce qui permet de courir toute l’année, même les soirs d’hiver ». Selon la dernière étude du ministère de la Jeunesse et des Sports, un peu plus de 3 millions de françaises déclarent courir régulièrement (soit 41 % des 8 millions d’adeptes du running). Il suffit d’observer les stades, les allées des parcs ou des bois pour se faire une idée de l’ampleur du phénomène. Du coup, ouvrages et revues, conçus pour elles, fleurissent. Après avoir créé une « rubrique femmes » dans VO2 Mag (spécialisé dans la course à pied), Odile Baudrier sort un ouvrage très pratique, Le Plaisir de courir au féminin. Jogging international consacre, quant à lui, un hors-série de 80 pages à ses lectrices. Autre signe qui ne trompe pas : Nike, qui vient d’ouvrir son flagship sur les Champs-Elysées, à Paris, expose plus de 20 modèles de chaussures de running destinées aux femmes...

Mais après quoi courent-elles toutes exactement ? La forme, la santé, la minceur arrivent, sans surprise, en tête du peloton des réponses. Pour la plupart de ces sportives, souvent âgées d’une trentaine d’années ou plus, la course est un bon moyen de renouer avec une activité physique après une longue période de break (due, par exemple, à une grossesse ou à une activité professionnelle trop prenante). Pas besoin de s’engager sur le long terme comme dans un club de gym ni de se soumettre au regard exigeant d’un prof de danse ou de fitness. Chacune est libre de déterminer son propre rythme, de définir seule ses objectifs. « Pour ma part, avant l’année dernière, je n’avais jamais éprouvé le besoin de me dépenser. Mais, avec l’âge, je me suis rendu compte que je commençais à m’essouffler un peu plus vite », témoigne Claude, 39 ans, qui se lève à 6 heures, deux fois par semaine, pour accomplir son jogging matinal autour des Buttes-Chaumont, à Paris. Maryse a, quant à elle, perdu ses mauvaises habitudes alimentaires grâce à la course. « Plus question de grignoter devant la télé. Sinon, à quoi ça sert de se donner tant de mal ? Je m’y suis mise il y a six mois et, même si ça ne se voit pas encore sur la balance, je sens que mon corps s’est raffermi », raconte la jeune femme, qui, à l’image des habitantes de New York, ville où elle a vécu cinq ans, ne sort jamais sans sa casquette et son iPod.

« Le meilleur moment ? La douche après la course ». Pour beaucoup, c’est aussi dans la tête que ça se passe. Grâce à la fameuse libération d’endorphines, la course apparaît comme un excellent antidote à la morosité. Idéal pour chasser les idées noires ! « Le meilleur moment, c’est la douche d’après la course. Une sensation de bien-être, de douce fatigue m’envahit alors. Et tous les problèmes qui, avant de partir, me paraissaient insurmontables, s’atténuent », dit en souriant Caroline, 34 ans. Certaines, comme Catherine, une brunette énergique, y trouvent d’autres satisfactions, plus inattendues : « Rien de tel pour élargir son réseau de relations ! J’ai constaté que le running était une formidable base de discussion dans un dîner. Beaucoup d’amis, partageant la même passion que moi, sont devenus des compagnons de course ». A tout cela s’ajoute l’absence de contraintes horaires, dernier atout de taille pour les salariées et mères de famille aux emplois du temps surchargés.

Du fond de sa boutique parisienne, spécialisée dans le running, Raymonde Cornou, 56 ans, n’en revient pas : « Il n’y a pas si longtemps, dans les années 1970, les femmes qui couraient seules étaient vraiment considérées comme des garçons manqués. Aujourd’hui, le tabou est totalement levé ». Preuve que l’on peut courir tout en restant sexy, cette marathonienne propose un maximum de tenues près du corps, de petits hauts avec soutiens-gorge intégrés à ses clientes. Les équipementiers se sont, eux aussi, mis dans les starting-blocks afin de séduire ce marché d’avenir. Les principales marques (Nike, Reebok, Asics, Adidas ou New Balance) accentuent leurs recherches pour mieux adapter leurs modèles de baskets à la morphologie de ces dames. Si les joggeuses du dimanche sont chaque année plus nombreuses, le taux de participation des femmes a, en revanche, bien du mal à décoller dans le cadre des compétitions mixtes. Beaucoup de ces pratiquantes amatrices préfèrent les courses 100 % féminines, à l’ambiance bon enfant. Le 17 septembre, pour sa 10 ème édition, plus de 10000 participantes sont attendues sur la ligne de départ de la Parisienne, dans la capitale. Au programme, challenge « mères-filles » ou « copines », stretching collectif ou bien encore démonstration de capoeira. Le modèle ne cesse d’être copié en province avec la Lyonnaise, la Stéphanoise, la Vichyssoise, les Filles de La Rochelle... Caroline, qui participera bientôt à la Bordelaise avec une dizaine d’amies, confie : « L’important est de participer et de s’amuser. Et puis, c’est toujours drôle de renverser les rôles avec nos amoureux... qui seront là pour porter nos manteaux et nous féliciter à l’arrivée ».

- Prochaines courses 100 % féminines

La Parisienne
Le 17 septembre. Course de 6 kms. Départ à 10 heures.
Inscription : 20 € (30 € sur place), Tel : 01.46.65.39.38

La Bordelaise
Le 24 septembre. Course de 8 kms. Départ à 10h30.
Inscription : 8 € (12 € sur place), Tel : 05.56.08.49.66

La Vichyssoise
Le 24 septembre. Course de 10 kms. Départ à 9h45.
Inscription : 7 € (8 € sur place), Tel : 04.70.90.00.15

La Lyonnaise
Le 8 octobre. Courses de 4 et 8 kms. Départ à 10 heures.
Inscription : 4 et 8 € (6 et 10 € à partir de la veille de la course), Tel : 08.77.79.86.44

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?