Toute l’actualité des Marathons et de l’Athlétisme
vous etes ici : Accueil » Marathons » Marathon de Berlin : Raccourci

Marathon de Berlin : Raccourci


Publié le jeudi 1er novembre 2007 à 18h21min

agrandir

En 2 h 40 min 26 s, Roberto Madrazo est arrivé premier de sa catégorie (55-59 ans) au marathon de Berlin.




Seul hic : l’ex-candidat à la présidence du Mexique a disparu au kilomètre 20 pour réapparaître vingt et une minutes plus tard, souriant et en pleine forme, au kilomètre 35. “Il aurait fallu qu’il fasse un supersprint” pour parcourir une telle distance en si peu de temps, a déclaré à Reforma le directeur du comité organisateur de la manifestation, Mark Milde.

Les officiels se sont aperçus que Madrazo avait pris un raccourci et lui ont demandé de remettre sa médaille. Le nom de Madrazo a été supprimé de la page officielle du marathon. “Je sais qu’on peut”, répétait inlassablement le politicien du Parti révolutionnaire institutionnel pendant la campagne présidentielle mexicaine.


Voir en ligne : Courrier Internationnal

Messages (2)

  • par jakal

    Après Athènes (en 1896) et Paris (en 1900), les Etats-Unis organisent à Louisville les troisième Jeux Olympiques de l’ère moderne. On pourrait parler de la remarquable performance (certes impensable aujourd’hui) du gymnaste américain George Eyser qui y décrocha six médailles... avec une jambe de bois. Mais comme nous sommes engagés dans un article sur les tricheurs, on retiendra plutôt la fausse victoire de Fred Lorz au cours de l’épreuve du Marathon.

    Pour l’américain, le marathon dure 15 kilomètres, pas plus. En effet, avant même le tiers du parcours bouclé, Fred Lorz est perclu de crampes et s’arrête sur le bord de la route, épuisé. Le prenant en pitié, un automobiliste le prend en stop et le dépose une vingtaine de kilomètres plus loin à quelques encablures seulement de l’arrivée. Sans se démonter, Fred Lorz boucle alors les quelques kilomètres qui le séparent du stade et rentre dans celui-ci en héros.

    Cette gloire ephémère ne durera que jusqu’à l’arrivée du vrai vainqueur, Thomas Hicks, qui révèla la supercherie. Fred Lorz est hué et tombe même dans les pommes (la légende veut que le matin même de la course, il avait subi deux piqûres de strychnine et avalé du cognac).

    Thomas Hicks fut bien sur déclaré gagnant mais ne connaîtra jamais l’ivresse de rentrer dans un stade, acclamé comme le vainqueur qu’il était. La même mésaventure est d’ailleurs arrivée à l’américain Franck Shorter en 1972 à Munich. Prévenus de son arrivée imminente, les 80 000 spectateurs du stade Olympique ovationnent l’athlète qui entre sur la piste ? Pas de bol pour Shorter, un imposteur l’avait précédé et récupèra l’ovation à son compte.

    Voir en ligne : Sportsmarkette

  • par jakal

    Stanislawa Walasiewicz a émigré de Pologne avec sa famille pour s’installer à Cleveland aux Etats-Unis. Inéligible pour faire partie de l’équipe américaine, elle choisit alors de courir pour l’équipe polonaise. Aux JO de 1932, à Los Angeles, elle remporte la médaille d’or du 100 mètres et devient la femme la plus rapide du monde en 11.9 secondes. Quatre ans plus tard à Berlin, elle remporte la médaille d’argent. Mariée au boxeur Neil Olson, elle change son nom pour Stella Walsh Olson et continue de remporter de nombreux titres, elle a ainsi accumulé 18 records du monde. En 1975, elle intègre logiquement le Hall of Fame de l’athlétisme, avant de décéder en 1980, à l’âge de 69 ans, victime d’une attaque à main armée dans un centre commercial. On découvre alors qu’il s’agissait en fait d’un homme ...

    Voir en ligne : Huit histoires de tricheur

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?