Toute l’actualité des Marathons et de l’Athlétisme
vous etes ici : Accueil » Athlétisme » Christine Arron met un terme à sa carrière

Christine Arron met un terme à sa carrière

D 17 décembre 2012     H 19:59     C 0 messages


agrandir

A 39 ans, Christine Arron a annoncé qu’elle mettait un terme à sa carrière. La recordwoman d’Europe du 100 m attend un heureux événement.



« J’aurais bien aimé continuer mais, bon, il faut bien arrêter un jour… » C’est par ces mots, dans une interview accordée au Journal du Dimanche, que Christine Arron a annoncé qu’elle rangeait ses pointes. A 39 ans, la sprinteuse guadeloupéenne, qui naviguait bien loin de son meilleur niveau depuis quelques années (Ndlr : elle n’est plus passée sous les 11" sur 100 m depuis 2005), n’arrête cependant pas par lassitude ou à cause d’une blessure. Non, si elle a décidé de se retirer des pistes, c’est pour la bonne cause. En couple depuis trois ans avec le triple sauteur Benjamin Compaoré, la championne d’Europe 1998 du 100 m attend un heureux événement pour le printemps. « C’est la décision d’avoir un enfant qui a entraîné la décision d’arrêter. Je suis enceinte de quatre mois, je vais être bien occupée en 2013. Je n’arrête pas parce que je suis trop vieille ou que j’en ai marre, au contraire », déclare-t-elle.

Même si elle reconnaît « qu’après 35 ans, c’est devenu plus difficile au niveau récupération » et qu’elle a connu de nombreuses blessures ces dernières années, qui l’ont privée de grandes compétitions (JO de Londres, Mondiaux de Daegu…), Arron aurait bien poussé un peu plus une carrière qui s’étire sur plus de 15 ans. « Il y avait l’éventualité de poursuivre une année pour le plaisir. Mais l’horloge tourne, je me suis dit qu’il était temps de faire un second enfant. C’était important pour moi, pour nous », explique la maman d’Ethan, son fils de 10 ans. Si elle n’avait plus fait de grands résultats en individuels depuis ses médailles de bronze sur 100 et 200 m lors des Championnats du monde d’Helsinki en 2005, l’ancien élève de Jacques Piasenta restera comme l’une des meilleures sprinteuses de l’athlétisme français. Maudite aux JO (forfait sur blessure en 1996 à Atlanta, éliminée en demi-finales du 100 m en 2000 à Sydney et en 2004 à Athènes et en séries en 2008 à Pékin), elle connaîtra son heure de gloire en 1998 avec un titre de championne d’Europe du 100 m et un record d’Europe de la distance (10’’73) qui tient toujours quatorze ans après. Ce chrono fait de la Française la 4ème athlète la plus rapide du monde sur la ligne droite derrière Florence Griffith Joyner, Carmelita Jeter et Marion Jones.

Un enfant et une reconversion à penser

Retirée des tartans, Christine Arron, pas toujours appréciée par ses collègues du sprint, notamment dans le collectif du relais, n’entend pas forcément y revenir tout de suite. Outre sa famille, elle souhaite désormais s’investir dans le domaine du sport bien-être. « J’ai déjà passé un diplôme de droit du sport. Je viens d’obtenir mon brevet d’éducateur sportif. Je pense monter ma propre société avec l’aide de mes partenaires pour m’investir dans le sport bien-être : coaching, conseil en nutrition… » Quant à revenir autour des pistes pour entraîner ou au moins faire partager son expérience, elle n’en est pas là. « Je n’ai pas envie de m’enfermer à nouveau dans le sport de haut niveau. On verra si on me propose quelque chose plus tard. Je crois que j’ai un vécu à transmettre. Encadrer le relais féminin ? Peut-être, quand les filles qui courent actuellement ne seront plus là… », indique-t-elle.


Voir en ligne : Le Figaro

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Rechercher


Actu. Marathons


Actu. Athlétisme


Actu. Santé & Conseils


Vidéo


les plus lus