Toute l’actualité des Marathons et de l’Athlétisme
vous etes ici : Accueil » Athlétisme » Interview de Chevallier : « Nous sommes très confiants »

Interview de Chevallier : « Nous sommes très confiants »

D 2 août 2005     H 20:36     C 0 messages


agrandir

Première grosse échéance pour Franck Chevallier. Le tout nouveau directeur technique national nommé en avril dernier, espère, pour ces premiers mondiaux, faire mieux qu’en 2003 et ramener de Finlande un minimum de trois médailles.




Les nageurs français sont revenus des championnats du monde de Montréal avec treize places de finaliste et quatre médailles. Pensez vous pouvoir les imiter ?

Nous espérons faire mieux. Nous sommes aussi très confiants. Nous tournons à une douzaine de finales d’après nos diverses simulations, mais les derniers résultats nous laissent penser qu’on fera mieux que lors des meilleurs championnats du monde organisés hors de France. Je dirai donc plus de trois médailles, mais on a vu à Athènes (deux bronzes) que les résultats ne tiennent qu’à un fil.

Ces mondiaux ont été en grande partie préparés par votre prédécesseur Robert Poirier. Quelle sera votre part de responsabilité dans l’échec ou le succès de l’équipe de France ?

J’ai dit en arrivant que l’équipe de France met sept ans à se préparer, donc je n’ai pas la prétention de m’approprier ses résultats. En cas d’échec, la direction technique nationale a forcément une responsabilité. En tout cas, c’est important qu’elle pense en avoir une. En cas de victoire, en revanche, ce sera celle des athlètes et de leurs entraîneurs.

Pourquoi ne pas avoir retenu dans le relais 4x100 m Sylviane Félix, qui est avec Christine Arron l’une des deux seules rescapées de l’équipe championne du monde en titre présente à Helsinki ?

Il y avait une séance de relais cet après-midi (mardi) à 15h. Elle m’a dit qu’elle ne pourrait pas être là pour des raisons personnelles. Elle n’a participé à aucun regroupement cette année. Elle a toujours des excuses louables. On peut certes avoir une excuse, mais quand ça devient systématique, on s’exclut soi-même du relais. Je lui ai laissé la porte ouverte après les championnats de France (14-16 juillet). Aujourd’hui, je suis obligé de constater qu’elle n’est pas là. Elle se l’est fermée toute seule. A la rentrée, je souhaite discuter avec elle, son entraîneur et l’encadrement du relais, car cette situation ne peut pas durer.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?