Toute l’actualité des Marathons et de l’Athlétisme
vous etes ici : Accueil » Athlétisme » JO : La Chine ouvre avec éclat les XXVI èmes Jeux olympiques d’été

JO : La Chine ouvre avec éclat les XXVI èmes Jeux olympiques d’été

D 9 août 2008     H 10:06     C 0 messages


agrandir

La Chine a exposé sa modernité à la face du monde en célébrant l’ouverture des Jeux olympiques de Pékin, avec pour leitmotiv la grandeur de sa civilisation, une manière de mettre un terme à des mois de polémiques.




Près de 91000 personnes étaient présentes au sein du stade national de Pékin et plus d’un milliard de téléspectateurs ont assisté à cette cérémonie longue de quatre heures, célébrant l’histoire de la Chine puis celle des Jeux olympiques. Ce n’est qu’à 00h04 heure locale (18h04 GMT) que l’ancien gymnaste chinois Ning Li, sextuple médaillé aux Jeux de Los Angeles en 1984, a été porté dans les airs par des câbles en acier jusqu’au sommet du stade. Suivi par un projecteur, Ning Li a simulé une course le long du toit du Nid d’oiseau avant d’allumer l’immense vasque olympique. Le président de la République populaire de Chine Hu Jintao avait auparavant déclaré ouverts les XXVI èmes Jeux olympiques d’été de l’ère moderne, après un discours du président du Comité international olympique (CIO) Jacques Rogge.

"Pékin, vous êtes tout à la fois le présent et une porte ouverte sur l’avenir. Merci", a dit Rogge en invitant les athlètes à "refuser le dopage". Ponctuée par de spectaculaires feux d’artifices dans toute la capitale chinoise, la cérémonie s’est déroulée sous un ciel lourd et humide, mais celle-ci a été épargnée par la pluie que redoutaient les organisateurs. Les autorités chinoises ont de leur côté tenté d’échapper à toute manifestation pro-tibétaine ou en faveur des droits de l’homme en déployant 100000 policiers autour du stade.

Aucun incident majeur n’a été constaté au cours de la cérémonie, dans l’enceinte du stade. Plus de 80 chefs d’Etat ou têtes couronnées ont assisté à la soirée pékinoise, d’apparence très harmonieuse, mais non épargnée par quelques tensions politiques. La Corée du Nord et la Corée du Sud ont ainsi refusé de défiler ensemble pour la première fois depuis 1996 et les JO d’Atlanta. Pays historiquement en conflit avec la Chine, Taïwan et le Japon ont en revanche été acclamés par la foule.

Le nid d’oiseau s’embrase

Après un décompte en lumière sur la pelouse du Nid d’oiseau, le stade s’est embrasée à 20h00 heure locale (14h00 GMT) avec un feu d’artifice éclatant, quelques minutes avant que les spectateurs n’applaudissent les présidents du CIO et de la Chine. Autre symbole, une armée de 2008 Chinois a scandé un proverbe de Confucius en martelant des tambours traditionnels pour entamer la cérémonie, chorégraphiée par le réalisateur chinois Zhang Yimou. Quatorze mille figurants ont ensuite dansé et chanté sur différents tableaux aux effets visuels garantis. Cent millions de dollars ont été consacrés aux cérémonies d’ouverture et de clôture, le double de la facture des Jeux d’Athènes en 2004.

Yimou, réalisateur reconnu en Europe et dont un film fut censuré par le parti communiste chinois, avait pour consigne de glorifier les 5000 ans d’histoire du pays le plus peuplé du monde. L’invention de la poudre, de l’écriture, des idéogrammes, du papier, la Route de la Soie, la construction de la Grande muraille et la conquête de l’espace ont ainsi été mis à l’honneur tout comme les grandes dynasties des Tang et des Ming. En revanche, celle des Qing, qui contribua au XVIII ème siècle à l’affaiblissement de la Chine par rapport à l’Europe, était absente de la cérémonie, tout comme les références aux dramatiques évènements du siècle passé. La grandeur de la Chine devait se lire jusque dans la taille du porteur du drapeau de l’immense délégation, le basketteur Yao Ming, 2,28 m. Il était accompagné par un petit garçon rescapé du séisme du Sichuan, qui a fait près de 70000 morts en mai dernier.

A leur entrée, le Nid d’oiseau s’est enflammé une deuxième fois pour acclamer les 639 athlètes qui font du pays organisateur le plus gros contingent de ces JO devant les Américains et les Russes. La France et ses 312 athlètes ont défilé derrière le céiste Tony Estanguet, parfois sous les sifflets après le différend franco-chinois sur la question tibétaine et le passage mouvementé de la flamme à Paris, en avril dernier. Petit détail, deux cent quatre pays ont défilé au lieu des 205 initialement prévus, puisque Brunei a été retiré de ces olympiades faute d’avoir enregistré ses athlètes assez tôt. Aucune délégation n’a manifesté ouvertement son soutien au Tibet libre, même si deux athlètes allemandes avaient décidé de boycotter le défilé pour des raisons politiques.


Voir en ligne : Yahoo

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?