Toute l’actualité des Marathons et de l’Athlétisme
vous etes ici : Accueil » Athlétisme » Le perchiste Renaud Lavillenie dit adieu aux JO de Paris 2024

Le perchiste Renaud Lavillenie dit adieu aux JO de Paris 2024


Publié le lundi 1er juillet 2024 à 07h20min

agrandir

Pas de JO pour Renaud Lavillenie : le champion olympique 2012 du saut à la perche et ex-détenteur du record du monde a échoué à se qualifier pour les Jeux de Paris, ce dimanche 30 juin 2024 aux Championnats de France à Angers, qui constituaient sa dernière chance.




C’était sa dernière chance. Et il n’a pas été en mesure de la saisir. Le perchiste Renaud Lavillenie a échoué à se qualifier pour les Jeux olympiques de Paris, ce dimanche lors championnats de France à Angers.

Dans un concours disputé le jour de la date limite de qualification, Lavillenie devait impérativement franchir 5,82 m, la hauteur des minima olympiques, pour s’offrir un billet pour le Stade de France dans un mois et participer à ses quatrièmes JO. Mais le Français de 37 ans a plafonné à 5,60 m, avant d’échouer à trois reprises à 5,72 m.

Le quintuple médaillé mondial (de 2009 à 2017) et triple champion d’Europe (2010, 2012 et 2014) savait depuis qu’il avait décidé de se faire opérer au niveau des ischio-jambiers en septembre dernier qu’une course contre-la-montre l’attendrait à son retour à la compétition à la fin du printemps, à peine plus de deux mois avant la grand-messe olympique.

Le concours des championnats de France était son septième depuis sa reprise le 22 mai. Il l’a abordé avec deux zéros pointés en trois concours (Le Bourget et Toulouse).

Car après une remise en action plutôt prometteuse, avec ses deuxième et troisième concours achevés au-delà des 5,70 m, la situation s’est encore corsée pour Lavillenie, quand sa cuisse s’est mise à grincer en pleine montée en puissance au début du mois.

Sous le soleil revenu dimanche après-midi, Lavillenie a franchi 5,45 m au premier essai et 5,60 m au deuxième, avant de buter sur 5,72 m.

Même pour lui, le défi de se hisser jusqu’à 5,82 m était de taille : il ne s’est plus élevé aussi haut depuis quasiment deux ans. Il avait franchi 5,87 m en finale mondiale en juillet 2022 à Eugene (États-Unis), quand il s’était classé cinquième.

Avec la participation aux JO pour la quatrième fois de sa carrière, c’est une autre ambition qui échappe à Lavillenie : celle d’être porte-drapeau de la délégation française sur la Seine, pour la cérémonie d’ouverture des Jeux le 26 juillet.

Le double médaillé olympique (sacré en 2012 à Londres, 2ème en 2016 à Rio) était un des deux candidats présentés par l’athlétisme français, avec la lanceuse de disque Mélina Robert-Michon (laquelle a été sacrée championne de France pour la 23ème fois). Les porte-drapeaux seront connus le 12 juillet, à deux semaines du coup d’envoi des JO.

Pas question de retraite pour autant. "Je ne suis pas comme mes camarades (Lesueur, Compaoré et Tamgho la veille), je n’annonce pas ma retraite", a-t-il lancé au micro du stade angevin.

C’est Thibaut Collet, le seul perchiste français à avoir réalisé les minima olympiques, qui a été sacré champion de France avec 5,82 m. Il a ensuite échoué à 5,96 m, un centimètre au-dessus de son récent record personnel.


Voir en ligne : AFP

Sur le même sujet

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?