Toute l’actualité des Marathons et de l’Athlétisme
vous etes ici : Accueil » Athlétisme » Martial Mbandjock va, enfin, réaliser son rêve américain

Martial Mbandjock va, enfin, réaliser son rêve américain

D 15 octobre 2008     H 08:24     C 0 messages


agrandir

Demi-finaliste des Jeux olympiques et meilleur performeur français de l’année sur 100 m avec un nouveau record personnel porté à 10"06, le Roubaisien Martial Mbandjock, vingt-trois ans aujourd’hui, a décidé de donner une nouvelle impulsion à sa carrière en rejoignant le fameux groupe d’entraînement HSI de John Smith à Los Angeles.




L’ancien protégé de Didier Baudouin au Lille Métropole Athlétisme n’aura donc passé qu’une saison sous la houlette de Guy Ontanon au sein du Team Lagardère. Dans une dizaine de jours, le champion s’envolera pour les États-Unis rejoindre John Smith, l’homme qui a eu sous ses ordres quelques cadors du sprint mondial comme Ato Boldon et Maurice Greene, mais aussi les Françaises Marie-José Pérec et Christine Arron.

Un choix ambitieux

« Depuis plusieurs années, je voulais aller aux États-Unis, mais je ne voulais pas m’y rendre dans de mauvaises conditions, explique le sprinteur nordiste. J’ai donc attendu quelques années. Là, en rejoignant le groupe de John Smith, je ne pouvais pas espérer beaucoup mieux. Au moins, je ne pars pas à l’aventure. Je vais rejoindre un groupe reconnu qui, je l’espère, va me permettre de passer un cap pour passer sous la barre des dix secondes et arriver aux championnats du monde de Berlin, l’été prochain, avec des ambitions assez élevées ». Demi-finaliste à Pékin, Martial Mbandjock a, en effet, pu mesurer en Chine que le fossé qui le sépare des meilleurs n’est pas infranchissable. S’exiler aux États-Unis pour progresser était-il indispensable ? « Non, il n’existe pas de recette magique donc ça aurait été sans doute aussi possible en France, mais quand, comment et avec quels moyens ?, s’interroge-t-il. Il ne s’agit pas d’un rejet de la structure dans laquelle j’évoluais au Team Lagardère, mais j’avais besoin de changer d’air, de voir d’autres choses, d’autres méthodes de travail. J’ai eu la chance de rencontrer John Smith. Nous avons ensuite discuté par mail, puis par téléphone et j’ai donc pris ma décision ». Un choix ambitieux à l’image de l’athlète, bien décidé à tutoyer les sommets du sprint mondial.


Voir en ligne : La Voix des Sports

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?