Toute l’actualité des Marathons et de l’Athlétisme
vous etes ici : Accueil » Athlétisme » Hurtis reine du 200 mètres indoor ?

Hurtis reine du 200 mètres indoor ?

D 16 décembre 2004     H 16:39     C 0 messages


L’Américaine Michelle Collins suspendue huit ans pour infraction aux lois anti-dopage par le TAS, la Française Muriel Hurtis pourrait se voir couronner, avec plus d’une année de retard, championne du monde indoor du 200 mètres.





Au terme d’une année 2004 somme toute décevante, et alors que la saison est terminée, l’athlétisme français n’en finit plus de briller. Et c’est, paradoxalement, au dopage que l’on doit cette fin d’année si souriante. Un peu comme si l’affaire Balco qui secoue, depuis quelques mois, le petit microcosme américain avait, en prenant de l’ampleur, des répercutions sur la planète entière.

A commencer par la France. Kelly White épinglée pour dopage au Monodafil, c’est Muriel Hurtis qui bénéficiait des premiers « effets secondaires » de ce véritable raz de marée en se voyant remettre, avec quelques mois de retard, une médaille de bronze, récompensant, après-coup, sa performance sur 200 mètres lors des championnats du monde parisiens d’août 2003.
Un dédommagement plus qu’un sacre pour la championne du monde du 4X100 mètres à qui l’on avait volé et les fastes et les ors d’un couronnement traditionnel. Un titre que l’on pouvait alors résumer au simple rajout d’une ligne au bas d’un palmarès qui s’étoffait par la grâce d’une justice enfin rendue et non par celle d’une réelle consécration.

« Gagner proprement est la seule manière de gagner en athlétisme »

Stéphane Diagana, Leslie Djhone, Naman Keita, Amhed Douhou et Marc Raquil connaissait le même sort fin novembre et recevaient, eux aussi, plus d’un an après, ce titre de champion du monde du 4X400 mètres dont ils avaient tant rêvé en août 2003 dans ce stade de France qui, pour certains, les avait alors fait naître aux yeux du public. Deux exemples coup sur coup qui permettaient de clore, sans entrain mais avec un certain sentiment de reconnaissance malgré tout, deux saisons mouvementées.

C’était sans compter sur le « cas » Collins. Dernier remous en date de l’affaire Balco, la mise au ban de la sprinteuse américaine, première athlète condamnée à huit années de suspension sans aucun contrôle positif effectif, pourrait de nouveau venir gonfler le capital médaille d’un athlétisme français qui n’en finit plus de se sentir lésé. Et c’est, une fois de plus, Muriel Hurtis la principale concernée, Collins ayant été, en mars 2003, sacrée championne du monde indoor du 200 mètres à Birmingham aux dépens de la Française.
Reste cependant à savoir où et quand. Signe encourageant, la Fédération américaine a, pour sa part, décidé de prendre les devants en « réhabilitant » Allysson Felix nommée, vendredi dernier, championne indoor des Etats-Unis 2003 sur 200 mètres en lieu et place d’une Collins désavouée qui devrait se voir déposséder de tous les résultats enregistrés depuis le 1 er février 2002.

« Il est triste pour tous de constater qu’un athlète puisse choisir de tricher s’est expliqué Craig Masback, membre de la Fédération d’athlétisme américaine. Etre capable de rendre aux athlètes propres les titres nationaux auxquels ils pouvaient prétendre de droit est une mesure vitale pour le combat que nous menons contre le dopage. Gagner proprement est la seule manière de gagner en athlétisme ».

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?