Toute l’actualité des Marathons et de l’Athlétisme
vous etes ici : Accueil » Athlétisme » Ladji Doucouré : « Je vais savourer maintenant »

Ladji Doucouré : « Je vais savourer maintenant »

D 11 septembre 2005     H 20:47     C 0 messages


agrandir

Seulement sixième du 110 m haies de la finale du Grand Prix à Monaco, Ladji Doucouré n’est pas déçu de cette fin de saison en dents de scie. Le champion du monde d’Helsinki fait le bilan et révèle que ses problèmes physiques actuels ont commencé avant les mondiaux.




Ladji Doucouré, vous terminez sixième, est-ce décevant ?

Non. Malgré ma douleur à un pied et les bruits concernant cette blessure, je suis venu pour montrer que j’étais capable de courir. Je n’ai pas accéléré, c’est ce que je regrette. Mais je ne me suis pas blessé davantage. Je suis un combattant et suis allé jusqu’au bout. Jeudi dernier, je n’étais pas sûr de courir. A chaque impulsion et réception, il m’est difficile de repartir sur de bons appuis. Il fallait que je me teste mais je ne me suis pas entraîné normalement. Quand on ne travaille pas, on redescend de suite. Je me suis fait « taper » par des gars qui devaient être derrière. Mais bon, c’est Monaco, que je ne connaissais pas, et la finale du Grand Prix, deuxième compétition la plus importante de la saison. J’engrange de l’expérience.

Mais vous êtes devenu une star et êtes très attendu désormais

Je ne suis pas une star. Une star, c’est Allen Johnson qui a fait beaucoup. Avant la saison, je me suis dit que je ne devais pas changer mes objectifs. Je voulais être fort aux mondiaux, même si cela devait mal se passer ensuite. Ce n’est pas parce que j’ai perdu à Monaco qu’il faut m’enterrer. L’an prochain, je changerai mes objectifs. C’est comme l’équipe de France de football, il y a 60 millions de sélectionneurs. On n’écoute pas l’avis de chacun. C’est pareil pour moi.

Avez-vous eu le temps d’apprécier vos titres ?

Je vais savourer maintenant, à la fin de cette bonne saison. Ils doivent me permettre de débuter quelque chose. L’an prochain, je repartirai avec l’envie de tout casser. Même si beaucoup de paramètres entrent en jeu, je voudrais être régulier en 13". Aujourd’hui, j’entends dire « Doucouré déçoit ». Je tiens cependant à redire que l’objectif de cette saison était les mondiaux. Si ça ne va pas ensuite, c’est ainsi. On n’est pas des tennismen, réguliers sur une saison. Et puis j’ai eu des galères. J’ai mal au pied gauche depuis la semaine avant les mondiaux.

J’ai percuté un trottoir, « ça me défonce ». Mon impulsion n’est jamais la même. J’ai serré les dents. C’est pour cela que le lendemain de ma victoire sur 110 m, je n’étais pas sûr de faire le relais. Je n’ai rien dit car je ne voulais pas que les gens disent : « Il a prévu une douleur au cas où il ne gagne pas ». Je l’ai gardé pour moi. Seul mon entraîneur (Renaud Longuère) le savait. J’ai persisté mais ça ne passe plus. Maintenant, ça touche le talon, la cheville. Mais je n’ai pas arrêté car je ne connaissais pas l’après-mondiaux. J’avais envie de me faire plaisir, même si mon entraîneur avait peur que je me « bousille » en venant à Monaco.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?