Toute l’actualité des Marathons et de l’Athlétisme
vous etes ici : Accueil » Athlétisme » Un nouveau cycle pour le champion du handisport français Joël (...)

Un nouveau cycle pour le champion du handisport français Joël Jeannot

D 26 août 2007     H 00:02     C 0 messages


agrandir

Il croyait avoir dit adieu au handisport en 2004 après les jeux Paralympiques d’Athènes où il conduisait la délégation française : Joël Jeannot regarde pourtant maintenant vers Pékin 2008 après avoir troqué son costume d’athlète multi-médaillé pour celui de cycliste prometteur.




Athènes fut un peu son Olympe. Nommé porte-drapeau et capitaine de la délégation française, l’ancien mécanicien, brisé par un accident qui l’a laissé paralysé des membres inférieurs, avait quitté l’athlétisme par une médaille d’or, un an après avoir été champion du monde au Stade de France.
"Etre porte-drapeau, c’était énorme !, se rappelle Joël Jeannot. Quand tu as eu un accident à 25 ans, que tu viens d’un milieu modeste (un père charpentier, une mère travaillant à l’usine, ndlr), que tu te demandes comment tu vas faire pour donner un sens à ta vie... Et là, la France te reconnaît comme l’athlète emblématique du handisport, c’était une grande responsabilité". Mais la "saturation" du haut-niveau guette le Martiniquais. Fin 2004, il abandonne la piste aux étoiles, passe son brevet d’Etat et devient ambassadeur actif de la candidature de Paris 2012. Il faut la défaite parisienne devant Londres et, surtout, les premiers échos de Pékin 2008, pour voir se "réveiller" les instincts du compétiteur.

Le déclic a lieu en avril 2007, lors de la présentation des Mondiaux de cyclisme handisport qui se tiennent actuellement à Bordeaux, à quelques coups de pédales seulement de la Dordogne où il réside désormais.
"J’ai hésité un peu, reconnaît-il. Mais je pense être prêt physiquement et avoir le mental pour le faire. Alors pourquoi pas ? J’ai discuté avec l’encadrement du cyclisme handisport français, ils m’ont dit : avec les qualités que tu as, vas-y !" Et voilà le champion paralympique du 10000 m en fauteuil qui décide, à 41 ans, d’enfourcher un "hand bike" (vélo à main, sur route) pour un nouveau challenge : disputer une quatrième olympiade, dans une discipline différente.

"Un peu comme Luc Alphand", le champion de ski devenu le roi des rallyes automobile, sourit-il. Il termine deuxième de sa première course, en mai dans la Nièvre. Puis enchaîne avec trois autres, termine troisième des Championnats de France en juillet avant de découvrir, cette semaine, les "Mondiaux" à Bordeaux. Vendredi, le Périgourdin d’adoption a terminé 20 ème sur 33 (meilleur français) du contre-la-montre. Il dispute dimanche matin la course en ligne.

"On peut considérer que c’est une entrée réussie dans le cyclisme, estime le directeur technique fédéral, Michel Thèze. Cela lui permet aussi sans doute de mesurer le chemin qu’il lui faut parcourir".
"Je suis là pour prendre la température, pour me jauger par rapport aux autres", constate prudemment Joël Jeannot, rappelant qu’il n’a pas fait de véritable préparation cette année.
"Par rapport à l’athlétisme, ce n’est pas le même effort, ce ne sont pas les mêmes muscles sollicités. Mes qualités physiques font que je ne démarre pas tout en bas, mais à un niveau raisonnable. Mais il va falloir que je travaille comme un malade", continue celui qui veut profiter jusqu’au bout de ces petites joies "qui font me font moins sentir ma différence".


Voir en ligne : Yahoo

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?