Toute l’actualité des Marathons et de l’Athlétisme
vous etes ici : Accueil » Athlétisme » Athlé : Ladji Doucouré ne veut pas être une potiche

Athlé : Ladji Doucouré ne veut pas être une potiche

D 23 décembre 2005     H 09:01     C 0 messages


agrandir

Après ses deux titres de champion du monde sur 110 m haies et 4x100 m, Ladji Doucouré est devenu la figure de proue de l’athlétisme français mais refuse de se laisser emporter par une déferlante de sollicitations et notamment de "faire la potiche à la télévision".




Invité à la quatrième édition des "Etoiles du sport" comme parrain de la jeune hurdleuse Manuela Galtier, Ladji Doucouré, 22 ans, s’applique à cultiver l’image d’un athlète simple, sain, accessible et discret.
"En 2003, j’étais le filleul de Stéphane Diagana. Cette année, j’ai eu envie d’inviter ma filleule pour rebooster sa carrière et lui permettre de rencontrer des champions de toutes les disciplines", raconte-t-il.
"C’est souvent en regardant les autres, en les observant, en échangeant avec eux qu’on comprend mieux le sport, qu’on perçoit mieux les clés pour arriver au plus haut niveau". Afin de gérer les sollicitations après ses deux titres mondiaux à Helsinki à la mi-août, le hurdleur de Viry a donc demandé au champion du monde de 400 m haies Stéphane Diagana de négocier ses contrats d’images.

"Dans l’absolu, je me sens plus proche de la façon dont Jean Galfione et Stéphane Diagana ont géré leur carrière et leur image que la façon dont Marc Raquil a géré la sienne. Moi je veux avoir l’image d’une personne simple, saine, combative et abordable. En fait, ne pas créer une image mais être moi-même. Je ne veux pas passer pour quelqu’un d’arrogant", affirme-t-il. Depuis son retour d’Helsinki, Ladji Doucouré a dû faire des choix, "voire parfois être tiraillé", face à des sollicitations auxquelles il ne s’attendait "pas du tout, facilement multipliées par dix par rapport à avant". Aujourd’hui, "à part les émissions de sport où il se sent à l’aise parce c’est son domaine", le protégé de "Diag" tourne le dos aux plateaux de télévision.

Le droit de perdre

"Certes, je regarde les émissions qui m’ont envoyé des invitations. Mais je n’ai pas envie d’y aller parce que je ne m’y sentirai pas à l’aise, parce qu’on essaiera de m’enfoncer, de me mettre en difficulté ou de me tailler", craint-il.
"Alors je ne vois pas l’intérêt d’aller faire des émissions pour être tétanisé ou servir de potiche. Moi, mon truc, c’est faire du sport". S’il évite la télévision et les petits fours aux quatre coins branchés de Paris, Ladji Doucouré apprécie d’aller faire la promotion de l’athlétisme à travers la France ou reverser 10 % de ses primes "à des jeunes, pour leur permettre de pratiquer plus facilement l’athlétisme".

Depuis ses deux titres mondiaux, Ladji Doucouré n’a pas changé son style de vie. "Même si je fais moins ce que je veux, comme aller au centre commercial, parce qu’on me reconnaît partout", dit-il. Vite repéré, le roi des haies ne se camoufle "pas encore" derrière un bonnet ou des lunettes mais il renonce parfois à aller au cinéma.
"Parce qu’entre le moment où j’arrive sur mon parking et le moment où j’achète mon billet, c’est la galère. Maintenant, avant de faire telle ou telle sortie, je regarde ma montre pour savoir si c’est le bon moment, pour savoir où se trouve le monde", explique-t-il.

Il vit toujours chez ses parents et attend ses différentes primes de victoires pour investir dans un appartement "proche de l’INSEP pour éviter la fatigue des allées et venues". En 2006, son point d’orgue se trouvera aux championnats d’Europe à Göteborg en Suède du 7 au 13 août.
"Cette saison, j’aimerais courir vite. Et je ne veux pas me mettre de chrono dans la tête sinon cela me freinera. Il faut aussi comprendre que je ne peux pas gagner tout le temps même si certains, depuis Helsinki, semblent ne plus me donner le droit de perdre", prévient Ladji Doucouré.
"Moi, je pars pour aller vite. Après, on verra".

- Voir le reportage vidéo de Stade 2

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?