Toute l’actualité des Marathons et de l’Athlétisme
vous etes ici : Accueil » Athlétisme » Destins croisés pour Boslak et Bucki

Destins croisés pour Boslak et Bucki

D 1er mars 2006     H 10:44     C 0 messages


agrandir

Une fois de plus, Gaëtan Bucki et Vanessa Boslak ont porté haut les couleurs de la Ligue, dimanche à Clermont-Ferrand, en empochant un nouveau titre de champion de France, au poids pour le sociétaire de l’Artois Athlétisme, à la perche pour le fer de lance de l’ASPTT Lille Métropole.




À l’heure actuelle, la comparaison s’arrête pourtant là entre ces deux têtes d’affiche régionales. Car s’ils seront tous les deux à Liévin, en fin de semaine, ils ne s’aligneront pas sur les mêmes épreuves et ils n’afficheront, surtout, pas les mêmes ambitions. Pour Vanessa Boslak, c’est le meeting Gaz de France Pas-de-Calais, vendredi soir, qui figure sur sa feuille de route, avec un impératif : retrouver de bonnes sensations avant les championnats du monde, la semaine suivante, à Moscou. Pour Gaëtan Bucki, c’est la coupe d’Europe, dimanche, qui constituera la dernière grosse étape de son programme hivernal. Fort de son jet à 19,70 m aux championnats de France, soit la deuxième meilleure performance française de tous les temps, il tentera d’approcher, enfin, cette barre des vingt mètres qu’il convoite depuis quelque temps.

Petite angoisse

« La blessure du mois de décembre, qui m’a empêchée de faire des courses pendant six semaines et de sauter pendant huit semaines, a retardé ma préparation et je n’ai donc pas le bon rythme. J’avoue que j’angoisse un peu à l’idée de retrouver les meilleures mondiales », confesse la Lilloise, qui hésitait dimanche encore à se rendre en Russie. « Je n’ai pas trop envie de me prendre une claque là-bas », concédait-elle. Vendredi soir face au phénomène russe Yelena Isinbayeva et aux polonaises Anna Rogowska et Monika Pyrek, la protégée de Sébastien Levicq aura, en tout cas, une belle occasion de jauger son niveau actuel.

Pour Gaëtan Bucki, les données sont différentes. Le Béthunois enrage même de ne pas pouvoir défendre ses chances à Moscou : « On s’est souvent plaint d’avoir des minima trop élevés à réaliser, mais là, 20,05 m c’était possible, assure-t-il. J’ai même envie de dire qu’il s’agissait de minima intelligents. Je pense que si je n’avais pas eu une petite coupure en raison d’une blessure au dos, j’aurais pu les atteindre à Clermont-Ferrand.
C’est dommage ».

En pensant à Göteborg

À défaut du voyage en Russie pour les mondiaux, l’homme entend néanmoins frapper un grand coup, dimanche à Liévin, pour apporter sa pierre à l’édifice d’une équipe de France qu’il espère intégrer dans un peu plus de cinq mois aux championnats d’Europe de Göteborg. « Même si je m’en cachais jusque-là, Moscou était un objectif, mais je suis déjà heureux de disputer la coupe d’Europe à la maison, poursuit Gaëtan Bucki. C’est la dernière fois que l’on va mettre les pieds dans ce stade avant les travaux et c’est donc un honneur de faire partie de la fête. Pour obtenir un bon classement, il va falloir s’arracher le bide, mais c’est un défi qui me plaît ».

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?