Toute l’actualité des Marathons et de l’Athlétisme
vous etes ici : Accueil » Athlétisme » Jeux de la Francophonie : Une chance pour le Niger

Jeux de la Francophonie : Une chance pour le Niger

D 29 novembre 2005     H 20:14     C 0 messages


agrandir

Les 5 èmes jeux de la Francophonie, qui se dérouleront à Niamey du 7 au 17 décembre, devraient permettre au Niger, l’un des pays les plus pauvres de la planète, de bénéficier de nouveaux moyens de développement.




En 2005, une grave crise alimentaire principalement liée à la sécheresse et une invasion de criquets pèlerins a affecté près de 3,5 millions de personnes au Niger. Selon la ministre déléguée à la coopération, au développement et à la francophonie, Brigitte Girardin, un enfant sur trois n’atteint pas l’âge de cinq ans dans un pays où la malnutrition infantile est endémique.
"Ces jeux sont une chance extraordinaire pour le développement du Niger", a affirmé mardi Mme Girardin lors d’une conférence de presse à l’Agence intergouvernementale de la Francophonie. "Ils seront une contribution au développement d’un des pays les plus pauvres d’Afrique".
A l’issue de cette conférence de presse, une convention de partenariat a été signée entre le ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative, Jean-François Lamour, et le président de la Croix-Rouge française, Jean-François Mattei.

En vertu de ce texte, 100000 euros seront reversés à la Croix-Rouge française. Cette somme sera cogérée dans un programme concerté avec la Croix-Rouge nigérienne, a souligné Mattei. L’argent servira notamment à la construction de cinq salles de classe, à l’aménagement d’aires de jeu pour 12 classes maternelles, à la formation de 200 secouristes et à l’achat d’équipements médicaux divers. A l’initiative du secrétaire général de l’organisation internationale de la Francophonie (OIF), Abdou Diouf, lui aussi présent mardi, un fonds de solidarité alimenté par les pays membres de l’OIF et destiné à lutter contre la crise alimentaire au Niger a part ailleurs été mis sur pied. La France le financera à hauteur de 500000 euros. Ce fonds est appelé à durer et a déjà permis de récolter un million d’euros.
"Le but est de permettre aux jeux de s’installer dans le paysage nigérien et d’y laisser un héritage durable", a souligné Mr Lamour.

En raison de la gravité de la crise frappant le Niger, l’OIF avait un temps envisagé le report ou l’annulation des jeux, qui afficheront 13 disciplines sportives et culturelles et dont le budget est évalué à environ 12 millions d’euros.
"Paradoxalement, le report d’un an aurait coûté plus cher", a déclaré Mr Lamour. "A Niamey, partout où je suis allé, les gens ont tous exprimé leur fierté d’organiser les jeux. L’engouement est très fort. La francophonie est avant tout un espace de solidarité. Ces jeux devront être sobres, utiles et solidaires". Sur place, la délégation française a décidé de limiter ses dépenses et le traditionnel "Club France", où les tricolores ont l’habitude de fêter leurs victoires lors des grands événements, n’aura pas droit de cité. Les moyens financiers français seront utilisés autrement. Par exemple, des médecins de la fédération française d’athlétisme collaboreront avec l’hôpital de Niamey, lui fournissant des médicaments de première nécessité. Les quatre premières éditions des jeux de la Francophonie ont eu lieu au Maroc en 1989, en France (1994), à Madagascar (1997) et au Canada (2001). Leur 5 ème édition devrait réunir environ 2000 participants.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?