Toute l’actualité des Marathons et de l’Athlétisme
vous etes ici : Accueil » Athlétisme » Stephane Diagana met un terme à sa carrière

Stephane Diagana met un terme à sa carrière

D 9 juillet 2004     H 20:16     C 0 messages


Stéphane Diagana a été contraint jeudi de mettre un terme à sa carrière d’athlète, trahi une nouvelle fois par un corps qui lui a laissé peu de répit en plus de 18 saisons passées sur les pistes avec notamment un titre mondial et un record d’Europe sur 400 m haies.





En fin d’année dernière, après un été gâché par les blessures où il n’avait pu faire mieux qu’une demi-finale aux mondiaux, Diagana avait annoncé que cette saison 2004 serait la dernière alors qu’il va fêter ses 35 ans le 23 juillet.

Malheureusement, un mollet récalcitrant ne lui aura même pas laissé l’occasion de disputer les jeux olympiques d’Athènes, qui devaient être son ultime grand rendez-vous.

"Alors que je chaussais les pointes pour la première fois le 5 juillet depuis un premier arrêt un mois auparavant, j’ai senti une grosse contracture au mollet droit après 150 m de course", confiait les yeux rougis par l’émotion Diagana au siège de la fédération française d’athlétisme.

Une IRM (imagerie par résonance magnétique) mercredi a confirmé que la préparation olympique serait encore amputée de trois semaines.

"La lésion fait qu’il ne m’est pas possible d’être prêt pour les JO, ajoutait le vice-champion du monde du relais 4x400 m. Je mets donc ainsi un terme à ma carrière d’athlète".

Cette saison, "Diag" a vécu uniquement en fonction de son corps et des blessures.
Après une rentrée encourageante à Turin le 4 juin (49’13), où il n’était pas si loin que cela des minima olympiques (48’93), l’aveyronnais déclarait forfait après une blessure survenue le 9 juin, deux jours avant la réunion norvégienne de Bergen, à laquelle il devait participer, et la coupe d’Europe (19-20 juin).

A l’époque c’est une douleur aux ischio-jambiers de la cuisse droite qui le laissait sur le carreau pour plus de trois semaines et le contraignait à repousser sans cesse un retour, qu’il ne fera finalement jamais.

L’éternel élève de Fernand Urtebise prévoyait d’abord de courir à Rome (2 juillet) ou à Lausanne (6 juillet) avant d’annoncer le 25 juin, jour du passage de la flamme olympique qu’il a portée, que sa deuxième sortie de l’année se ferait "aux dates des championnats de France".

Et puis, un ultime pépin le 5 juillet à Vergèze (Gard), où il effectuait un stage, l’obligeait à prendre la décision qui "s’imposait".

Diagana laisse un magnifique palmarès à l’athlétisme tricolore, avec, aux mondiaux, un titre (1997) dans la ville qui accueille les JO en août, une médaille d’argent (1999), une médaille de bronze (1995), et une quatrième place (1993).

Sur le continent, il compte notamment un titre acquis à Munich en 2002 devant son premier enfant, né quelques jours plus tôt, et surtout détient toujours le record d’Europe du 400 m haies (47’37), réussi à Lausanne le 5 juillet 1995, "exactement neuf ans avant le jour de ma dernière blessure", remarque-t-il pour l’anecdote.

Le grand vide de sa carrière sera sans nul doute les jeux olympiques.
Après des premiers JO en 1992 à Barcelone, où il se retrouve au pied du podium (4 eme) pour 3/10, Diagana rate tour à tour le rendez-vous d’Atlanta (1996) et de Sydney (2000).

En 1996, il vivait l’une de ses saisons les plus blanches en ne disputant aucun 400 m haies, se privant donc du rendez-vous américain.

Quatre ans plus tard, il arrivait en Australie plein d’ambitions. Mais une nouvelle blessure le contraignait au forfait, et il est l’un des symboles du désastre français (aucune médaille en athlétisme).

Lors de son ultime apparition dans une grande compétition, Diagana avait décroché la médaille d’argent sur le relais 4x400 m des mondiaux 2003 au stade de France.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?