Toute l’actualité des Marathons et de l’Athlétisme
vous etes ici : Accueil » Athlétisme » Romain Mesnil : « Je suis en colère »

Romain Mesnil : « Je suis en colère »

D 28 juillet 2005     H 10:10     C 0 messages


agrandir

Malgré ses 5,75 m mardi soir au meeting de Castres, Romain Mesnil ne devrait pas, à moins d’un miracle, disputer les championnats du monde en raison d’une bourde de la fédération française. Le perchiste français, bien évidemment en colère, nous livre ses sentiments.



Romain Mesnil, dans quel état d’esprit êtes-vous moins de 24 heures après le meeting de Castres et votre non-sélection pour les mondiaux ?

D’un côté, je suis content d’avoir passé 5,75 m. C’est bien par rapport aux blessures que j’ai connues ces derniers mois. Ce n’était pas gagné d’avance après seulement deux mois et demi d’entraînement. Mais de l’autre côté, il y a cette polémique sur les modes de sélection. Tout ce que je sais, c’est que j’ai demandé hier (mardi) au président de la fédération, Bernard Amsalem, et à Franck Chevallier, le DTN, de faire une demande auprès de l’IAAF parce que je ne figurais pas dans la liste de pré-selection.

Et depuis mardi soir, que vous ont-ils dit ?

Je n’ai aucune nouvelle. La liste pour les mondiaux a été communiquée ce matin. Je n’y figure pas. Est-ce que cela veut dire qu’ils ont fait la demande et qu’elle a été refusée ? Est-ce qu’ils attendent la réponse ? Je n’ai aucune réponse.

Vous devez être en colère...

Oui, je suis en colère. Je n’étais pas au courant de tout cela. Et étant donné que le meeting de Stockholm permettait de se qualifier pour les championnats, je pensais que le meeting de Castres le permettait également. Je suis dans le flou puisque personne ne m’a téléphoné. J’ai eu Franck Chevalier au lendemain des championnats de France. Il m’a alors dit que c’était trop tard mais qu’en cas de bonne performance, il pourrait revoir sa copie. Je n’ai pas voulu trop appeler les gens tant que je ne faisais pas de « perf ». Est-ce pour cela que j’ai été oublié ? Je ne sais pas...

« Franck Chevallier va peut-être prendre un retour de bâton »

Que pensez-vous de l’attitude de la fédération ?

Je ne sais pas pourquoi je n’ai pas été inscrit sur cette liste. On m’avait un peu oublié et on ne parlait pas beaucoup de moi ces derniers mois. J’ai été absent plusieurs mois et lorsque j’ai fait quelques compétitions, j’étais à 5,60 m. Le fait que Jean (Galfione) ait sauté 5,75 m a mis la lumière sur lui et certains ont pensé qu’avec Jean et Damiel Dossevi, cela suffisait. J’étais pourtant sélectionnable après mes 5,80 m de l’année dernière.

Quelles étaient vos relations avec Franck Chevallier ?

Je crois que cela n’a rien de personnel. Je connais peu Franck Chevallier. Je n’avais pas été très content, au lendemain de la coupe d’Europe, lorsqu’il avait déclaré qu’après Jean Galfione, il n’y avait rien derrière à la perche. Je l’avais rappelé pour lui dire que j’avais été déçu. Franck Chevallier, en tant que nouveau DTN, n’a peut-être pas eu le temps de prendre ses marques mais, au niveau médiatique, il va peut-être prendre un retour de bâton.

Auriez-vous tout de même disputé ce meeting en étant au courant des modes de sélection ?

Oui, je voulais bien finir la saison. Si j’avais eu vraiment eu du mal à faire 5,75 m, en étant limite, je n’aurais pas demandé à aller à Helsinki. Mardi soir, j’ai fait un beau saut, avec 5,75 m, et je n’ai pas été ridicule lorsque j’ai tenté 5,80 m. Là, ça donne envie d’y aller puisque j’avais tous les moyens de me battre aux championnats du monde. Quand on connaît la perche, on sait qu’il suffit de faire 5,70 m aux qualification et 5,80 m en finale pour avoir une médaille. En revanche, si je ne vais pas aux mondiaux, j’arrêterai ma saison.

« J’ai eu des marques de soutien »

Dans quel forme physique êtes-vous actuellement ?

J’avais retrouvé mes sensations aux championnats de France mais j’avais pris des perches trop souples et il a fallu que je me règle. A la Roche-sur-Yon, je ne voyais plus très bien, en raison de la nuit, pour passer 5,75 m.

Vos coéquipiers de l’équipe de France vous ont-ils apporté leur soutien ?

Oui, j’ai eu des marques de soutien. Sébastien Levicq (l’entraîneur de Vanessa Boslak) m’a envoyé un message. Beaucoup de personnes ont fait de même. Mes amis m’ont téléphoné, j’ai discuté avec Jean (Galfione) à Castres. C’est réconfortant.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Rechercher


Actu. Marathons


Actu. Athlétisme


Actu. Santé & Conseils


Vidéo


les plus lus